Macron psychopathe ?

Figurent en vedettes parmi les pervers narcissiques les imposteurs, escrocs et mystificateurs. (Paul-Claude Racamier, Le génie des origines, p. 287)

La question est apparue sur les réseaux sociaux par le biais d’une vidéo réalisée par un psychiatre et psychothérapeute affilié à la droite dure italienne, le professeur Adriano Segatori, juste avant le débat de l’entre-deux tours des élections présidentielles. Diffusée initialement par les sites Égalité & Réconciliation et Agoravox.TV, elle totalise à ce jour près d’un million de vues sur la plate-forme YouTube. Si la question interpelle, a-t-elle été accueillie avec toute l’attention que ce sujet devrait susciter ?

Rien n’est moins sûr !

Le 11 mai 2017 paraissait, sur le site Slate.fr, un article, intitulé « Macron est-il un “psychopathe” ? Pas de doute pour une partie de l’extrême droite », de Mathilde Dumazet qui précisait que, selon le canard enchaîné du 10 mai 2017, « les conseillers de Marine Le Pen ont utilisé l’analyse d’un psychiatre italien affilié à l’extrême droite pour bâtir la stratégie du débat de l’entre-deux tours[1] ». Compte tenu de la teneur de ce débat opposant Emmanuel Macron à Marine Le Pen, force est de constaté qu’il a parfaitement illustré l’ignorance des facteurs psychologiques en politique que je n’ai de cesse de dénoncer dans la plupart de mes articles. La prestation déplorable de Marine Le Pen n’aura en effet échappé à personne, à l’exception de « groupies » inconditionnels – et fortement conditionnées –, et elle n’a pas manqué de surprendre bon nombre de ses propres sympathisants à l’instar d’Alain Soral qui, dans l’une de ses vidéos, prophétisait l’écrasante domination de sa « protégée » face à son adversaire. Le pari de remporter la mise en cherchant à faire craquer Emmanuel Macron était une stratégie totalement débile.

Cela signifie-t-il pour autant que le diagnostic du psychiatre italien soit erroné comme semblent l’indiquer tous ceux qui ridiculisent son analyse ?

Pour le savoir, il faudrait déjà que l’on connaisse précisément ce que désigne, aujourd’hui, le concept de psychopathie. Or, le problème avec cette terminologie, c’est qu’elle se réfère essentiellement aux travaux de Robert Hare et Hervé Cleckley dont les recherches sont issues d’une psychologie cognitiviste et matérialiste éludant de fait tout un pan des différentes formes actuellement recensées de psychopathie (cf. l’article de Robert Balcon paru en 2008 sur Agoravox synthétisait très bien le genre de psychopathe étudiée par R. Hare et H. Cleckley). Notons également qu’il n’en a pas toujours été ainsi puisque le concept de psychopathe recouvrait, à la base, tout en ensemble de troubles mentaux (Les personnalités psychopathiques, Kurt Schneider, 1950 – 1955 pour la traduction française[2]).

Pour être tout à fait honnête, on ne peut pas dire que le portrait des psychopathes dressé par R. Hare au moyen de sa PCL-R corresponde à proprement parler au cas d’Emmanuel Macron, ce qui ne veut pas dire qu’il n’en soit pas un.

Si l’on s’en tient au diagnostic de psychopathie selon la PCL-R mise au point par R. Hare, c’est-à-dire si l’on aborde ce problème d’un point de vue matérialiste et cognitiviste, Emmanuel Macron ne correspond pas totalement au portrait type du psychopathe. Mais si l’on considère les dernières avancées de ce même chercheur qui fait désormais état d’une distinction entre les « successfuls » et les « unsuccefuls » psychopathes (cf. « Le match : psychopathes Vs pervers narcissiques ») et qu’on les compare aux travaux des chercheurs en psychanalyse groupale et familiale, nous retrouvons la description des traits de personnalité de notre nouveau président sous la forme du psychopathe « successful » dont la littérature anglo-saxonne fait également mention en criminologie derrière l’appellation de « criminel en col blanc ».

Ce sujet est peu connu en France. Seuls quelques rares professionnels s’y intéressent de près. Je les cite souvent dans mes articles, mais il faudrait accorder une mention particulière aux travaux d’Ariane Bilheran qui a consacré pas moins d’une vingtaine d’ouvrages sur des sujets connexes tels que le harcèlement, la manipulation, l’autorité, le totalitarisme, le suicide, les risques psycho-sociaux, etc., bref… tout ce qui concerne de près la psychologie et la pathologie du pouvoir, car l’une des principales caractéristiques du « criminel en col blanc » reste son attirance pour le pouvoir.

Force est de constater qu’il y a une véritable « omerta », particulièrement en France, sur ce trouble de la personnalité qui constitue, je me répète, « le plus grand obstacle aux développements de la personnalité et des groupes sociaux » (cf. « La ponérologie politique : étude de la genèse du mal appliqué à des fins politiques »).

Néanmoins, nous commençons à bien connaître ce trouble puisque nous en entendons parler souvent sous le terme, aujourd’hui galvaudé, de « pervers narcissique ». Or, il faut savoir que cette théorie trouve son origine dans les travaux pionniers de psychanalystes qui, pour des raisons « mystérieuses » ont quelque peu été « oubliés ».

Mais avant de vous en parler, je dois apporter quelques précisions.

J’ai souvent pu écrire que la perversion narcissique était une défense de survie psychique qui s’active à l’occasion d’un deuil, d’une grave désillusion ou de lourdes difficultés, etc. Ce style de défense est d’autant plus inviolable qu’il est le dernier rempart avant l’entrée en psychose. D’où le fait qu’elle soit souvent assimilée à une pathologie « limite ». Du point de vue psychanalytique « les concepts d’organisation défensive, de style défensif, décrivant des combinaisons de mécanismes de défense, relativement stable et caractéristique de la personnalité d’un sujet, apparaissent comme une dimension majeure du fonctionnement de la personnalité, du normal au pathologique[3] ». Autrement dit, c’est le style de défense psychique mise en œuvre lors de conflits qui, pour les psychanalystes, détermine le fonctionnement de la personnalité. Or, nous savons bien qu’exceptés les cas les plus pathologiques notre vie n’est pas faîte uniquement de conflits intrapsychiques que l’on exporte – projette – sur la scène sociale de notre quotidien. En effet, toujours selon le Pr Henri Chabrol : « Notre résilience, notre capacité à faire face aux tensions, aux conflits, aux dangers perçus à l’intérieur de nous ou dans le monde extérieur, mobilise 2 types d’opérations mentales, les mécanismes de défense et les processus de coping. Les mécanismes de défense sont des processus mentaux automatiques, qui s’activent en dehors du contrôle de la volonté et dont l’action demeure inconsciente, le sujet pouvant au mieux percevoir le résultat de leurs interventions et s’en étonner éventuellement. Au contraire, les processus de coping, mot traduit en français par stratégies d’adaptation ou processus de maîtrise, sont des opérations mentales volontaires par lesquelles le sujet choisi délibérément une réponse à un problème interne et/ou externe. Les mécanismes de défense ont été découverts par la psychanalyse et occupent une place importante dans les théories et les thérapies psychanalytiques. Les processus de coping ont été étudiés par les méthodes de la psychologie scientifique et font actuellement l’objet principalement de l’intérêt des psychologues de la santé et des thérapeutes cognitivo-comportementalistes qui leur accordent une place importante dans leurs théories et leurs thérapies[4]. » De plus, « défense et coping peuvent être des processus adaptatifs ou mal adaptatifs. Ce caractère fonctionnel ou dysfonctionnel dépend à la fois du type de défense ou de coping, de l’intensité et de la durée de sa mise en jeu, mais aussi du contexte interne et externe de leur mobilisation et des interactions éventuelles entre défense et coping. Enfin, défense et coping s’activent habituellement conjointement ou successivement et contribuent ensemble à notre adaptation aux difficultés de la vie[5]. »

Il n’est pas ici le lieu de revenir sur la « guerre » que se sont livrés, et se livrent encore, les tenants de ces deux disciplines – j’ai pour ma part une nette préférence pour les approches dites « intégratives » qui associent, au lieu de les diviser, les différents courants des sciences humaines –, mais il est important de bien connaître ces détails pour le cas qui nous intéresse ici puisqu’en définitive la question qui s’impose et que se posent de nombreuses personnes intéressées par cette problématique consiste à savoir comment diagnostiquer une perversion narcissique chez un individu qui maîtrise parfaitement ses attitudes en société ?

Nous touchons là à un point essentiel de ce concept si répandu aujourd’hui, car contrairement aux idées reçues et à ce que tente de nous faire croire une certaine presse, sauf à posséder une grande culture philosophique et de nombreuses connaissances psychologiques – et encore… –, il est quasi impossible de reconnaître un pervers narcissique avant qu’il ne nous ait piégés et ne mette en place ses stratégies de défense psychique.

On comprend bien dès lors toutes les réticences exprimées et les rationalisations qui s’ensuivent sur le fait de porter un jugement a priori sur l’une des figures les plus emblématiques de notre 5e République (le cas s’était posé pour nos deux présidents précédents et il se pose aussi à l’étranger pour de nombreux dirigeants à commencer par le très controversé président américain Donald Trump). D’autant plus que, difficulté supplémentaire, le « trouble » de la personnalité dont est atteint notre président est qualifié d’« asymptômatique » par les rares spécialistes qui se sont penchés sur le sujet. Il est pourtant extrêmement intéressant de relever le fait que Rama Yade, parlant d’Emmanuel Macron, ait pu suggérer à propos des élections présidentielles que « notre pays devrait ajouter un autre critère : l’équilibre psychologique… ».

Compte tenu de ces divers obstacles, en quoi la présidence d’Emmanuel Macron montre des signes inquiétants d’un danger potentiel pour la France et les Français ?

À vrai dire et sans entrer une fois de plus dans les détails de cette théorie, nous en avons tous les ingrédients à l’exception de l’opportunité[6]… que nous venons de lui offrir en l’élisant comme président.

Nombreuses sont en effet les caractéristiques d’une telle personnalité décelable chez Emmanuel Macron, à commencer par son double discours qui, comme le résume François Baroin : « Il [Emmanuel Macron] a changé d’avis sur tous les sujets. Il ne dit rien sur rien et n’en pense pas plus. Il est temps de dénoncer cette imposture qui pour moi représente un saut dans le vide ! »

J’ai déjà longuement présenté, dans plusieurs de mes articles, cette structure de discours à fort impact manipulatoire que l’on retrouve dans ce que l’on peut qualifier de communication perverse à base d’injonctions paradoxales qui évoquent tout et son contraire (cf. vidéo « Le zapping des matinales » : l’attention sélective ou biais de confirmation également évoquée ici, nous retrouvons là quelques-uns des traits typiques de « L’instrument majeur du pervers narcissique : la parole »).

Une autre particularité de ces personnalités est le pouvoir de séduction qu’ils affichent sous l’apparence d’un charme quasi hypnotique. L’aspect « gendre idéal », archétype du conte de fée, explique très bien que « l’électeur type du nouveau président est plutôt féminin, cadre ou retraité (il réalise un « carton » chez ces derniers), bien diplômé, et habite une ville de plus de 100 000 habitants ».

Enfin, l’impression qui émane de ce genre de personnalité est un étrange sentiment de vide, d’inauthenticité et de mimétisme. Et croyez-moi, ce n’est vraiment pas sans raison[7]. Ce qui fit dire à l’une des premières psychanalystes qui s’est intéressée à ce sujet qu’« extérieurement, la personne paraît normale. Rien ne fait supposer l’existence d’un trouble, le comportement n’est pas exceptionnel, les capacités intellectuelles ne paraissent pas lésées, les expressions effectives sont bien ordonnées et appropriées. Mais en dépit de tout cela, quelque chose d’intangible et d’indéfinissable s’interpose entre l’individu et ses semblables et fait naître invariablement la question : “Qu’est-ce qui cloche ?” » ; « Qu’est-ce qui ne va pas chez lui, ou chez elle ?[8] »

Si l’on ajoute à tout ceci la description que donne Adriano Segatori dans la vidéo cité en début d’article, alors oui, Emmanuel Macron peut être qualifié de psychopathe d’un genre particulier : celui qui a été étudié dès 1925 par August Aichhorn[9] et Karl Abraham[10], puis par Hélène Deutsch (1934 op. cit., 1955[11]), Phyllis Greenacre[12] et Janine Chasseguet-Smirgel[13] (1973, 1984). Si je cite tous ces auteurs, c’est en particulier parce qu’ils ont notamment inspiré Paul-Claude Racamier pour forger son concept de perversion narcissique. Ainsi donc, la boucle est bouclée.

Que peut-on donc attendre d’un tel président ?

La réponse nous est donnée par le mythe de Périandre sur lequel se fonde P.-C. Racamier qui avait l’art d’user de métaphore pour rendre compte de ses travaux :

« Prologue
L’histoire d’Œdipe, c’est l’inceste en acte, en fantasme et en complexe : elle est matière à complexe parce qu’elle se situe à l’exacte jointure de l’acte et du fantasme, de l’inconscient et du conscient.

Incestueux
Tout autre est l’histoire de Périandre. Je ne manquerai pas de la raconter en détail. Mais d’avance elle se dessine en quelques traits. Périandre était devenu roi. Il s’émancipait de sa mère. Elle le voulait tout à elle. Nuitamment, sans se dévoiler, mais non sans se dénuder, elle le séduit. Sans savoir qui elle est, il lui fait l’amour. Enfin, il l’apprend. La catastrophe est lancée : le jeune roi sage qu’il avait été devient un tyran sanguinaire et pervers. C’est le peuple qui souffre. Inceste encore, mais sans conscience, et sans inconscient non plus : rien ici n’est en profondeur, mais tout est en sang. (Paul-Claude Racamier, 1995, L’inceste et l’incestuel, p. 8-9) 

Périandre, fils et mère
À peine, en prologue, avons-nous évoqué les véridiques aventures de Périandre. Nous y revenons. Car il n’est rien comme son histoire qui montre combien l’inceste, lorsqu’il n’est pas matière à fantasmes, devient matière à explosions.
Périandre était roi de Corinthe. Il y était né. Il avait une de ces histoires familiales, compliquées comme nous avons accoutumé d’en connaître.
Contrairement à son père, un furieux tyran, Périandre fut un très bon roi. On le rangeait parmi les sept sages de la Grèce antique. Or cet homme, juste, bon mari, bon fils, bon père, ayant succédé (sans l’avoir assassiné) à son père, devait finalement devenir un abominable tyran, un pervers fou. Vois dans quelles circonstances.
Enfant, il avait été adoré par sa mère. Elle le voulait tout à elle. Cependant il grandit. Périandre devenu adulte, sa mère, qui ne voulait le perdre à aucun prix, le désira pour amant.
Elle usa d’un stratagème. Une de ses amies, dit-elle à son fils, brûlait d’amour pour lui. Elle finit par le convaincre de le recevoir. Mais, poursuivit-elle, cette amie, tant elle avait de pudeur, ne voulait absolument pas être vue ni entendue. Il fut donc convenu qu’elle viendrait de nuit, incognito, dans le silence et tous flambeaux éteints. Ainsi fut fait. La nuit fut un enchantement. Il y en eut beaucoup d’autres. À sa mère du jour, Périandre confiait les jouissances extrêmes que lui donnait la femme de la nuit. À la fin, cependant, il n’y put plus tenir. Il voulait savoir qui était une aussi merveilleuse maîtresse. Elle arrive. Il allume. Ciel ! Sa mère ! Il va pour l’abattre. Elle s’empare aussitôt du poignard. Elle se tue : c’est ainsi que, jusqu’à la fin, la mère de Périandre devait conserver l’initiative…
Périandre, lui, allait continuer de vivre et de régner. Cependant, il ne sera jamais plus le même. Il deviendra un tyran absolu, un pervers accompli. […]
Il est une question qu’on ne saurait laisser en suspens. Question toute simple : l’inceste rapproche-t-il Périandre l’incestueux de l’incestueux Œdipe ? Il les oppose. Œdipe a séduit sa mère ; Périandre a été séduit par la sienne. Œdipe « ignore » sa naissance : c’est dire qu’il refoule cette vérité-là, vérité qu’au demeurant il n’est pas le seul à refouler, car ses parents ont commencé, et le refoulement court d’une génération à l’autre. Mais Périandre, lui, ne refoule rien : tout simplement il dénie ; ce que sa mère-maîtresse lui dissimule, d’ailleurs à peine, il ne veut pas le savoir. Œdipe, lui, a voulu à tout prix connaître son crime et il l’expie ; il se crève les yeux et il s’exile ; mais il sait ; et il paie le prix de sa connaissance et de sa culpabilité.
Rien de tel chez Périandre. Ses sujets paieront à sa place… (Ibid., p. 242-243) »

Et pour ceux qui souhaitent approfondir l’histoire de ce tyran méconnu souvent présenté comme l’un des Sept sages de Grèce : « Périandre, un sage ? (1), (2) et (3) ».

Reste qu’Emmanuel Macron représente bel et bien un saut dans le vide comme le signifie François Baroin. Toutefois, et pour être tout à fait honnête, un cas de « guérison » de ce type de psychopathe a pu être observé dans un contexte qui, sans être identique, n’est pas sans rappeler celui de notre président. C’est celui que nous a présenté Karl Abraham dans son article de 1925.

Dans la troisième et dernière partie de la série d’articles consacrés à « la ponérologie politique : l’histoire du mal appliqué à des fins politiques » (1) et (2), nous analyserons sous un autre angle cette problématique incestuelle au regard de ce l’emprise et de l’autonomie, deux forces qui président aux destinées des individus et des régimes gouvernementaux.

Philippe Vergnes


[1] Dumazet, Mathilde (2017, mai), « Macron est-il un “psychopathe” ? Pas de doute pour une partie de l’extrême droite », sur le site Slate.fr. Consulté le 11 mai 2017.
[2] L’ouvrage de Kurt Schneider décrit plusieurs cas particuliers de psychopathies qui va des psychopathes hyperthymiques aux psychopathes asthéniques en passant par les psychopathes dépressifs, inquiets, fanatiques, qui ont besoin de se faire valoir, instables, explosifs, apathiques et abouliques. Nous sommes ainsi passés d’une conception très généraliste de la psychopathie à une représentation restrictive de ce concept.
[3] Chabrol, Henri (2005), « Les mécanismes de défense », in Recherche en soins infirmiers n°82, p. 31-42.
[4] Ibid.
[5] Ibid. (C’est moi qui souligne.)
[6] « […] le mouvement pervers s’installe et s’organise […] que si des conditions de plusieurs sortes sont simultanément remplies : les unes de fond et les autres de rencontre, les unes personnelles, et d’autres « situationnelles », tant il est vrai que pour pleinement accomplir une perversion narcissique, il faut en avoir à la fois la nécessité profonde et l’opportunité. » (Paul-Claude Racamier, 1992, p. 280. Les propos sont soulignés par l’auteur.)
[7] Lalo, Vanessa (2009), « Le concept de vide en psychanalyse », sur son site personnel.
[8] Deutsch, Hélène (1934), « Les personnalités “comme si” », in Bela Grunberger (dir.) L’identification, l’autre, c’est moi, Paris : Tchou, 1978-1998.
[9] Aichhorn, August (1925), Jeunesse à l’abandon, ouvrage réédité sous le titre Jeunesse en souffrance, Nîmes : Champ social, 2000.
[10] Abraham, Karl (1925), « Historie d’un chevalier d’industrie », in Bela Grunberger (dir.) L’identification, l’autre, c’est moi, Paris : Tchou, 1978-1998.
[11] Deutsch, Hélène (1955), « L’imposteur : contribution à la psychologie du moi d’un type de psychopathe », in « Les “comme si”et autre texte », Paris : Seuil, 2007. Hélène Deutsch introduit cet article en précisant : « L’année 1925 constitue une étape historique importante pour la recherche psychanalytique dans le domaine de la psychopathie, car c’est à ce moment-là qu’Aichhorn a publié son livre, Jeunesse à l’abandon, et Abraham son article « L’Histoire d’un chevalier d’industrie à la lumière de la psychanalyse », (p. 217).
[12] Greenacre, Phyllis (1934), « L’imposteur », in Bela Grunberger (dir.) L’identification, l’autre, c’est moi, Paris : Tchou, 1978-1998.
[13] Les travaux de Janine Chasseguet-Smirgel concernant l’Idéal du moi et la perversion sont regroupés dans ses ouvrages sur La maladie d’idéalité (1973) et Éthique et esthétique de la perversion (1984).

149 commentaires

  1. Relu: Lire Maât, Egypte ou miroir du ciel. Faire intervenir la justice, c’est aussi considérer que d’un côté, il y a le « mal » et de l’autre, le « bien ». Alors que l’un n’’existe pas sans l’autre. Le mythe d’Osiris est instructif à ce sujet: grâce à la « méchanceté » de son frère Seth, Osiris connaît les mystères de la rérésuction. Sans lui, Osiris restera « banalement le frère de Seth. Tout ennemi doit au préalable être considéré comme un ami qui vous permet de franchir une étape supérieure dans votre vie: LA LIBERTE (ce que Jung appelle: l’individuation. J’ai reçu ce matin le mail d’une blogueuse avec laquelle j’échange souvent et qui répond parfaitement à vos question. Accueillir chaque adversité comme un don du ciel. J’ai moi-même perdu trois-quart de mes écrits sur internet (méchant internet voleur de document: non, une bénédiction: reprendre mes broulllons sous un autre angle,…). tant que vous resterez dans la position de victime (ce qui risque d’arriver avec une action en justice, l ‘ennemi continuera à vous persécuter, fatigue, argent dépensé, revanche, victoire a double-tranchant, temps perdu, ambiguïté). Faites juste ce que vous dicte la Loi, le code civil et votre protection personnelle , vitale. Et l’ »Ennemi » cessera de vous persécuter….puisqu’il deviendra votre …alliè.

  2. ^^ Euh…. pour la position de victime éternelle je suis ok.
    Maintenant.

    Subissez ce que j’ai subi et dites « amen » !
    On ne porte pas plainte… on dit « oui » à tout les débordements…
    Y compris ceux qui sont passibles de peines de prison.

    Et ensuite, revenez me voir…. !

  3. L’adversité… n’est pas un problème.

    L’infraction pénale en est une… Clairement.

    Creusez un peu, et vous verrez que ces 3 personnalités, commettent des infractions pénales.
    Pour mieux soumettre. Car ils sont au dessus des lois.
    Surtout une parmi les autres….

  4. Oui, j’ai toutes les cartes en mains ^^. Ca peut être lassant, j’en conviens.
    Je ne recommencerai pas 2 fois les mêmes erreurs.

    Je ne suis pas dans une situation de revanche. Ni de reconnaissance d’un statut de victime.
    Quel intérêt ? Aucun puisque j’ai porté plainte. Et que j’ai été entendue.

    En revanche je sais très bien comment le système fonctionne.
    Il ne s’agit pas d’être à la fois victime, et naîf. (Croire que les choses s’arrangent à condition de ne pas porter plainte).

  5. Le LIEN !… C’est un très beau sujet.
    Mettons son nez dedans et faisons le ménage.

    La psy a dû porter plainte pour se protéger ELLE…
    (Et pas une débutante celle là).

    J’en suis même venue à lui expliquer la procédure…
    Ca me faire rire… ! La réaction des psy… Eux même en ont peur…

    Les psy sont impuissants face à eux. (Sauf en systémie. Y a du progrès comportemental, que j’ai observé…).

    Fin de l’histoire.

  6. C’est vrai que c’est comique… les approches des psy.
    Pas de coupable. C’est la faute au… ‘LIEN ». Il va falloir travailler dessus…

    Le mec l’agresse. Un malade mental sort de son chapeau.

  7. Bonjour Melanippe.
    Maintenant que j’ai trouvé mon VRAI trauma. Un peu par hasard, mais plutôt dans une approche de type jungienne, voire approche de type Emotions. Je l’ai bien isolé.

    Là j’ai besoin d’analyse, pour mettre du sens dessus. Présent/Passé (avec résonnance).
    Ou EMDR si pas assez grande pour le faire.

    Le souci. C’est tous les psychanalystes ne sont pas formés au repérage du trauma. Bien loin de là !
    C’est bien ce que je leur reproche. Le temps perdu… A fouiller dans un passé… qui ne veut strictement rien dire, si on n’entend pas le langage traumatique bien présent en séance. Mais qui n’est pas entendu par le thérapeute. Car lui, ne sait pas l’élaborer lui même. (A t il été confronté à ses trauma ? A t il été formé ?)

    Bon, la solution est désormais à portée de main… Puisque je suis juste en face de lui désormais.

  8. Bonjour juli, contrairement aux animaux, notre destin n’est pas fixé une fois pour toutes, nous avons chacun nos traumatismes, un atout que nous envoie la vie, dieu?? pour noous perfectionner, dans le mal ou le bien. J’aime beaucoup les paroles de ce philosophes, Dany-Dufour qui me semble le meix à même de comprendre le monde contemporain, Dany-Robert dufour: « Nous ne sommes pas fixés dans un monde qui est naturel, nous participons à un autre monde qui est celui du langage, de la culture, dans lequel les significations sont extrêmement mouvantes, sujettes à fluctuations et manipulations. C’est notre fragilité fondamentale. Mais cette fragilité est aussi la beauté de l’homme, cela le sort du règne animal, et lui permet de chercher sa voie, sa route. C’est au fond par là qu’a commencé la Renaissance, avec le fameux discours de la dignité humaine de Pic de la Mirandole : vous n’êtes pas finalisés pour être ici plutôt qu’ailleurs, c’est donc que vous devez vous achever vous-mêmes. C’est une très belle mission, car c’est la part de liberté que Dieu, s’il existe, nous laisse. Pour une part, vous êtes formatés, mais pour une autre, c’est à vous de vous créer, pour le meilleur et pour le pire2. »

  9. Relu: Bonjour julie, contrairement aux animaux, notre destin n’est pas fixé une fois pour toute, nous avons chacun nos traumatismes, un atout que nous envoie la vie, Dieu?? pour nous perfectionner, dans le mal ou le bien. J’aime beaucoup les paroles de ce philosophes, Dany Robert-Dufour qui me semble le meix à même de comprendre le monde contemporain, Dany-Robert dufour: « Nous ne sommes pas fixés dans un monde qui est naturel, nous participons à un autre monde qui est celui du langage, de la culture, dans lequel les significations sont extrêmement mouvantes, sujettes à fluctuations et manipulations. C’est notre fragilité fondamentale. Mais cette fragilité est aussi la beauté de l’homme, cela le sort du règne animal, et lui permet de chercher sa voie, sa route. C’est au fond par là qu’a commencé la Renaissance, avec le fameux discours de la dignité humaine de Pic de la Mirandole : vous n’êtes pas finalisés pour être ici plutôt qu’ailleurs, c’est donc que vous devez vous achever vous-mêmes. C’est une très belle mission, car c’est la part de liberté que Dieu, s’il existe, nous laisse. Pour une part, vous êtes formatés, mais pour une autre, c’est à vous de vous créer, pour le meilleur et pour le pire2. »

  10. Petit commentaire sur mon blog :
    « Manu-Mak-Rond » est-il un sociopathe ?

    En guise d’avertissement à tous « les mauvais esprits » et autres grincheux, on peut affirmer, sans pouvoir se tromper aucunement, que tout rapprochement des personnages qui sont dépeints dans le texte ci-dessous, avec tel ou tel personnage réel ou ayant existé sur la planète « Terre », par exemple, ne peut qu’être hasardeux et ne saurait que dénoncer et démontrer la véritable intention de nuire de l’auteur de ce rapprochement ou mise en parallèle ! Ces « grincheux » là seront SEULS à en assumer l’éventuelle responsabilité devant leurs contemporains…

    Plusieurs articles sur le web ont été consacrés à une éventuelle « psychopathie » de notre nouveau président de la « Ripoux-Blick » et je recommande un article de Philippe Vergnes disponible sous le titre « Macron psychopathe ?… ».

    Compte-tenu de l’importance du sujet et des conséquences d’éléments de sociopathie – je préfère ce terme à celui de « psychopathie », car il fait référence au « réseau social » – de notre « Pré-Zi-Dent », je me dois de rédiger un commentaire à ce texte qui est intéressant quoique tout à fait classique dans l’approche psychanalytique de la psychopathie.

    Cette interrogation sur une sociopathie de « Manu-Mak-Rond » n’est pas neutre car elle devrait permettre de répondre à ces questions : « Où allons-nous avec « Manu-Mak-Rond » ?.. » et, s’il est un peu, ou en partie, sociopathe, « Recevra-t-il des missiles qui vont profondément le déstabiliser (presse, médias, blogs, institutions) ?… », « Comment réagiront ils, lui, les membres de son cabinet, les ministres en exercice, ses soumis ses députés ?… », « Sera-t-il acculé à la démission ?… », etc…

    Des questions fondamentales auxquelles je vais essayer de répondre du fond du Pays-de-Caux et entre deux chimiothérapies.

    Et oui !… Le « Capitaine Had-OK » est bien « cassé », bien usé par la vie, les abus du décalage horaire, les femmes, les alcools divers et variés, et consacre son temps à essayer d’analyser l’époque actuelle et à proposer quelques solutions pour notre beau pays, la « Gauloisie » !…

    C’est le bordel, c’est normal, et ça existera toujours !…

    Seuls les Bizounours « Angéliques » imaginent que l’on peut créer un monde idéal, de paix, pour tous !… Mais c’est impossible car aucun être humain n’est parfait, même pas le « Capitaine Had-OK » !…

    On peut juste espérer créer une société réellement démocratique qui permettra de trouver les équilibres les plus justes pour les citoyens.

    « Manu », tu exagères…

    Tout d’abord qu’est-ce que la sociopathie (ou psychopathie) ?…

    Les points ci-dessous sont basés sur la liste d’évaluation de la psychopathie établie par Robert Hare (j’ai mis entre parenthèse une évaluation personnelle du niveau de sociopathie de « Manu-Mak-Rond » et l’auto-évaluation du « Captain « Had-OK) :

    Un psychopathe porte ce que les professionnels appellent un « masque de santé mentale » qui est à la fois plaisant et aimable ; (4/5 il présente vraiment contrairement au capitaine « Had-OK » qui est vraiment immaîtrisable (Had-OK : 0/5)

    2. Une grandiose perception de soi. Les psychopathes pensent souvent être plus intelligents ou plus puissants qu’ils ne le sont réellement ; (5/5 il est plus intelligent que les autres…Haddock aussi (5/5)

    3. Un besoin constant de stimulation. L’absence de mouvement, le calme et la réflexion ne sont pas choses aimées des psychopathes. Ils ont constamment besoin d’activité et de divertissement ; (4/5 il est jeune et bouge beaucoup et pour « Had-OK qui passe son temps à roupiller 0/5)

    4. Mensonges pathologiques. Un psychopathe répand toutes sortes de mensonges, qu’il s’agisse de petits mensonges comme d’histoires entières destinées à duper. Les psychopathes peuvent être doués comme ennuyeux, très performants comme peu actifs, comme n’importe qui d’autre. Un psychopathe sans aucun talent peut blesser quelques personnes, alors qu’un psychopathe talentueux peut causer du tort à une nation entière. La différence entre un psychopathe et une autre personne réside en l’absence organique chez le psychopathe d’une conscience ou d’une empathie pour les autres ; (5/5 maintes fois prouvé et 0/5 pour « Had-OK » qui est un « écorché vif » alcoolisé)

    5. Evaluation du niveau de manipulation. Les psychopathes sont rusés et capables de pousser les gens à faire des choses qu’ils ne feraient pas normalement. Ils peuvent utiliser la culpabilité, la force et d’autres formes de manipulation ; (5/5 très malin, ou très tordu… et 0/5 pour « Had-OK » qui laisse les gens faire ce qu’ils veulent)

    6. Sentiment de culpabilité. L’absence de culpabilité ou de remords est un signe de psychopathie ; (5/5 aucun scrupule même pour lancer une opération Homo contre des gêneurs et 0/5 pour Had-OK qui ne supporte pas de faire souffrir in individu sauf si c’est un konnard agressif et pathologique)

    7. Réponses émotionnelles d’une personne. Les psychopathes font preuve de très peu de réaction émotionnelle en cas de décès, d’accident, de traumatisme ou d’autres évènements qui pourraient causer une réponse bien plus émotive chez d’autres. Les autres sont pour un psychopathe source de satisfaction, et rien de plus ; (4/5 vraiment pas émotif contrairement au « Had-OK » qui a vite fait de monter en pression (0/5), mille sabords !…)

    8. Absence d’empathie. Les psychopathes sont insensibles et ne sont pas capables d’avoir des rapports avec les autres qui ne soient pas des formes d’exploitation. Ils peuvent avoir des relations utilitaires temporaires avec d’autres psychopathes et sociopathes ; (5/5 vérifié avec « Deux-Villes-Liées » et l’inverse pour le « Had-OK » 0/5)

    9. Les psychopathes sont souvent parasitiques. Ils se nourrissent des autres, que ce soit émotionnellement, physiquement ou financièrement. Leur devise est « domination est contrôle ». Ils se disent souvent incompris ou diffamés pour gagner la sympathie d’autres personnes ; (5/5 c’est la faute des autres et jamais la sienne et 0/5 pour le « Had-OK qui déteste se nourrir des autres (0/5)

    10. Prise de risques obsessive et absence de contrôle de soi. La liste dévaluation de la psychopathie inclue trois indicateurs comportementaux : absence de contrôle comportemental, promiscuité sexuelle et troubles du comportement ; (1/5 il se contrôle très bien, et apparemment n’a pas de troubles du comportement, promiscuité sexuelle mais il est jeune. Et une évaluation du « Had-OK » à 1/5 qui a été obligé de se « Kon-Troller » toute sa carrière de chauffeur de camion aérien, par contre la promiscuité sexuelle…)

    11. Les psychopathes ont des objectifs irréalistes sur le long terme. Soit ils n’en ont pas du tout, soit leurs objectifs sont inatteignables et basé sur l’idée exagérée qu’ils se font de leurs capacités et de leurs accomplissements ; (3/5 pas d’objectifs clairs sauf « penser printemps ». Et une évaluation à 5/5 pour le « Had-OK qui veut virer « Mak-Rond » et prendre sa place pour pouvoir enfin avoir accès à la cave du Château et satisfaire toutes les grands-mères sexy folles de son corps balafré)

    12. Les psychopathes sont souvent impulsifs ou irresponsables. Leur absence de regrets n’a aucune limite. Ils se moquent de ce que vous pensez d’eux ; (3/5 vérifié avec « Deux-Villes-Liées » : se fiche éperdument de ce que peuvent penser les militaires et en Pologne et n’en a rien à cirer de l’avis du premier ministre, pour le « Had-OK » ce n’est pas fameux : 2/5 car se fiche éperdument de ce pensent les Krétins-des-Alpes, les Pigmés-Intellectuels et les Idiots-Stratosphériques)

    13. Un psychopathe n’accepte pas ses responsabilités personnelles. Un psychopathe n’admettrait jamais s’être trompé ou avoir commis une erreur de jugement. Il déteste et dénigre ses victimes une fois qu’il en a fini avec elles. Son seul regret est que sa source de satisfaction n’est plus et qu’il doit en trouver une nouvelle ; (trop tôt pour évaluer)

    14. Les psychopathes n’ont pas de relations personnelles sur le long terme. Si une personne enregistre à son actif plusieurs mariages très courts, plusieurs amitiés brisées et un certain nombre de relations transactionnelles, il y a des chances qu’elle soit psychopathe ; (0/5 couple très stable bien que particulier et évaluation idem pour Had-OK (0/5) qui supporte la « Baronne » depuis 44 ans)

    15. Les psychopathes sont souvent versatiles dans leur criminalité. Ils sont capables de s’en tirer avec beaucoup, et bien qu’ils se fassent parfois attraper, leur capacité à s’adapter et se montrer flexible lorsqu’ils commettent des crimes est indicative. (5/5 indégonflable malgré les « Mak-Rond-Leaks » et une évaluation à 0/5 pour le « Had-OK » qui a passé sa vie à respecter les « règles »)

    Je trouve un total d’indices pour « Manu-Mak-Rond » de 55 points sur un maximum de 70 points possible, ce qui donne un « indice de sociopathie » de 78 % pour « Manu ».

    Tandis que le « Capitaine Had-OK » totalise 13 points ce qui lui donne un indice de sociopathie de 18% !…

    « Had-OK » est nul !… Absolument nul !… Battu à plate couture par « Manu-Mak-Rond » !…

    Mille sabords !…

    Pour avoir une idée du réel degré de sociopathie de « Manu-Mak-Rond », il faut se reporter au billet « Opérations Homo » : les effroyables tentations de « Manu-Mak-Rond » où on en apprend de belles sur le personnage.

    Alors, pour les psychologues et les psychiatres qui vont sursauter en découvrant cette analyse, qui doit être confirmée, ou infirmée, par des spécialistes de la psychopathologie, ma modeste suggestion est « Et vous, monsieur ou madame la « Psy-Ko-Logue », quel est votre niveau de sociopathie ?… ».

    Parce qu’avec des psychologues, on peut quand même avoir des surprises !…

    D’ailleurs, s’ils ont choisi ce métier c’est autant par curiosité que pour essayer de se soigner en soignant les autres.

    En fait, ce sera à chacun d’avoir son idée sur le fait que « Manu-Mak-Rond » est sociopathe ou pas, sachant que tout être humain peut avoir une dose de sociopathie ou de sérieux troubles psychiques dans sa vie (demandez aux cosmonautes qui « pètent un câble » malgré leur sélection ou au « capitaine Had-OK » quand il a trop picolé).

    Et, si « Manu » est plus ou moins sociopathe, à combien des 15 points de la classification de Robert Hare répond-il, et à quel degré… ?…

    Bref, « Manu-Mak-Rond » sociopathe à 50% 60% 70% ou plus ?… C’EST A VOUS DE JUGER !…

    Et profitez-en pour vous évaluer vous-même !…

    Ça, c’est vraiment le plus difficile !…

    Tonnerre de Brest !…

    « Capitaine Haddock

    • Bonjour je suis en train de lire un nouveau livre des Editions Pilules Rouges. Tous les psy et autres personnes qui s’interrogent sur la psychopathie devraient lire. ATTENTION BOMBE SUVERSIVE: LAURA KNIGHT-JADCZYK: Les comètes et les cornes de Moïse, l’histoire secrète du monde tole 2 (jattends le tome 1). A tous les insoumis de la terre: bonne lecture. Moins cher sur amazon,… On y parle de Freud,…Je suis amie avec la cousine de françoise Nyssen. Je sais en partie ce qui se trame,…

    • J’écris beaucoup soue le pseudo: Mélusine7 (vaut mieux, Benoît rayski m’a censurée sur Atlantico, car je deviens trop dangereuse,…c’est tout dire. Evidemment, je ne défend pas les sionistes qui ne sont guère mieux que les djihadistes. Cela ne lui a pas du tout plu (on s’en doute,…).

  11. Corrigé : Bonjour je suis en train de lire un nouveau livre des Editions Pilules Rouges. Tous les psys et autres personnes qui s’interrogent sur la psychopathie devraient le lire. ATTENTION BOMBE SUBVERSIVE : LAURA KNIGHT-JADCZYK : Les Comètes et les Cornes de Moïse, l’histoire secrète du Monde tome 2 (j’attends le tome 1). A tous les insoumis de la terre : bonne lecture. Moins cher sur Amazon… On y parle de Freud… Je suis amie avec la cousine de Françoise Nyssen. Je sais en partie ce qui se trame, Christian Nots utilise un autre terme : dislexythimie de masse. Psychologue, je confirme que tous les psys qui tentent de vous faire : rentrer dans le système en fonction d’un critère de « normalité » qui sert surtout les politiques qui nous gouvernent, fuyez les tout de suite… ce sont des dislexythimiques qui profitent de leur supposé savoir ou de leur nom inscrit dans un annuaire psy . Avant d’aller voir un psy, toujours lire des livres avant, pour savoir ce que VOUS voulez. Nots n’est pas mal du tout… Évitez les psychiatres et leur fameux DSM. Dites-vous bien qu’il est normal d’aller soi-disant mal dans un monde de cinglés… Signe de santé mentale… Ce sont ceux qui se donnent des airs de normalité qui sont vraiment malades.

    • Bonjour Mélanipe, bonjour à tous,
      J’ai lu le premier tome de Laura Knight-Jadczyk peu de temps après sa parution. C’est vieux. Il faudrait que je m’y replonge pour voir, mais ma première impression n’était pas trop bonne : beaucoup de confusions et de digressions, ce qui rendait l’ensemble assez difficile à suivre.
      Est-ce que cela a été corrigé pour le second tome ? A lire les commentaires sur Amazon, apparemment non. Ce qui ne m’a pas encouragé à le lire. Peut-être m’en donnerez-vous l’envie !

      • Pour Philippe Vergnes, le ou les livres sont très intéressants. Mais à ne mettre que dans les mains de personnes capables d’un regard et d’une capacité critique. Exemple (je ne suis qu’au début…) : Laura écrit à un moment que les psychologues disent que Freud était un pervers. Normal, l’époque de Freud était patriarcale, dans l’hubris scientifique et industriel (Titanic qui aurait coulé à cause d’une économie sur les rivets…). Suis-je perverse parce que dans les années 70, j’avais un poster « innocent » de David Hamilton ??? Replaçons Freud dans son époque très misogyne (il suffit de voir la représentation picturale de la femme en sorcière hystérique… manipulatrice, menteuse, etc.). J’ai travaillé avec d’authentiques pervers. Un des symptômes est le déni du sexe de la femme et ce qui en est la plus grande preuve :le refus de plonger dans sa vie intérieure et féminine royale : les rêves(les femmes ont une plus grande activité onirique que les hommes, surtout les psychopathes et les alexythimiques, cf. malades psychosomatiques sans vie fantasmatique ou pauvre de Bouvet. Et Freud était un grand rêveur… donc, il ne pouvait être un authentique pervers, mais plutôt comme tous les hommes de l’époque : à mi chemin entre perversion, névrose et hystéro-phobie. Je suis enfin à la pension et peut enfin me consacrer à faire des recherches sur la fameuse « scène originaire et primitive » de notre monde, avec l’aide de Freud et aussi de Jung qui nous a ouvert la porte de l’inconscient collectif… Laura K, le dit au début de son livre : pour comprendre le futur, il faut connaître le passé. Je ne suis ni historienne, ni archéologue et je n’ai pas les temps de me déranger dans les bibliothèque poussiéreuses. Donc, je me fie surtout… à ma même. Et comme ma vie fut remplie de synchronicités plutôt étranges à la limite du para-normale et que mon psychanalyste freudien m’a dit que je n’étais pas du tout folle, mais que mon inconscient était d’un force incroyable (anecdote ; durant une de mes riches séances, une boule a commencé à voyager dans le radiateur de mon psy qui a provoqué un trou et un déluge dans le cabinet. Je ne vous raconte pas l’inquiétante étrangeté qui m’a fait faire des bonds dans mon analyse et m’intéresser un peu plus à Jung (je n’osais pas en parler à mon psy…). Avant la fin de mon analyse, je lui ai avoué que je comptais me lancer comme psy-astrologue. C’est malgré lui qui m’avait dit de lire Platon quand j’étais désespérée à 38 ans, et que mon horloge biologique avançait (toujours pas de compagnon et père pour un éventuel enfant, c’est là qu’il m’a suggéré sortant de sa neutralité de me plonger dans Platon qui m’a sauvé : mon enfant sera psychique Freud (Mélanippe l’amazone philosophe). N’oublions pas que Freud nous a ouvert la voie royale de l’épistémologie… la recherche de nos origines. Savez-vous que Françoise Nyssen a ouvert une école inspirée de Steiner et Blavatski. En fait, je me fie surtout à ma propre expérience et mon psy ne m’a jamais traitée de menteuse et me croyait toujours, lui hyper disons rationnel, pas cartésien… il me faisait confiance. en 2O1O, une belle nuit étoilée d’août, j’ai RÉELLEMENT observé un phénomène dans le ciel de Bruxelles : sept boules de feu (comme celle de de la BD d’Hergé) se suivaient très très haut dans le ciel à égale distance… J’ai pu prendre des photos, mais c’était très flou… Tout le monde m’a dit dit sur les sites que c’étaient peut-être de lanternes thaïlandaises. C’était trop haut, trop à égale distances. J’ai aussi vu une comète qui est passé devant ma fenêtre… J’échange souvent avec lune-soleil… L’astrologie est un domaine trop imprécis pour avoir de réelles certitudes, mais je crois totalement à la théorie jungienne de la synchronicité l’ayant vérifié dans ma propre vie. J’ai fais de longues recherche sur les dates significatives de ma propre histoire et elle correspondent toutes au passage de ce que les astrologues appellent la Lune noire. Une autre vérification statistique de la vérité du zodiaque. Tous les archéologues, policiers, psychanalystes ont des planètes en scorpion et taureau. Freud : taureau ascendant scorpion et au moment de sa naissance : pluton, la planète de l’inconscient avec la lune noire était comme par ces merveilleuses synchronicités, dans le signe du taureau. Et l’Amérique dite des lumières commence avec la découverte de Uranus (la haute technologie, l’électricité, comme on parlait de l’âge de bronze…). Si vous voulez, en poursuivant ma lecture, je vous direz ce qui est bon à prendre et à éliminer (j’ai déjà entrepris un long parcours…). Je rêverais d’écrire un polar philiso-phico surréaliste sur la séparation de Jung et Freud ainsi que ses liens troubles avec le diable (quand il y a un Dieu, le diable, n’est jamais loin…) avant Jupiter, il y a l’enseignement du grand HERMES TRISMÉGISTE), le divin Mercure, Roi des scribes et du langage qui devait inspirer Lacan (il est né en avril, mais si vous allez sur astrothème, son MC- profession est gémeaux et sa dominante est mercure…). Ma dominante à moi est : scorpion et cancer poisson (l’inconscient, les rêves, l’épistémophilie : curiosité sur la « scène primitive et je peins… du nu (à ce propose, Turner avait une grande série de peinture de nu, brûlée pour la postériorité pas un héritier puritain, mais je suis sagittaire… A suivre…

        Répondre Répondre à tous Transférer Plus

  12. Otez mes doublons corrigés, J’écris beaucoup sous le pseudo: Mélusine7 sur Agora.vox (vaut mieux, Benoît rayski m’a censurée sur Atlantico, car je deviens trop dangereuse,…c’est tout dire. Evidemment, je ne défend pas les sionistes qui ne sont guère mieux que les djihadistes… Cela ne lui a pas du tout plu (on s’en doute,…).

  13. Bonjour, oui, je pense que les psy devraient lire attentivement…
    cette ‘bombe ‘munis, entre autre, du DSM-IV, pour savoir comment l’interpreter. ^^
    Où nous mène cette « bombe » ? …

    Dans quelle dimension ?

    (Les psychiatres ont leur utilité. Diagnostiquer).

    • J’avoue ne toujours rien savoir de ce que j’ai vu dans le ciel et ne tire aucun plan sur la ou les comètes,…J’avoue n’llez que très très rarement sur ce genre de site. Des émissons sur Arté sont appsionnantes. On aurait découvert des tablettes de lépoque sumérienne qui indiqueraient qu’ils en connaisat un bour sur l’informatique,… J’ai un pri,cipe: je ne cris que ce que j’ai expériement. Et j’avoue n’avoir expérimenter, l’absence de Dieu. juste des synchroniictés très étranges et dont ceux qui partage ma vie sont juste témoin,… on s’en amuse,…Style, tie,ns, je disais ce mot et au même moment il apparaît sur l’écran…ou vous pensez à quelqu’un que vous n’vez plus vu de vuepuis 20 ans, et vous avez compris, il appelle,…J’ai regardé une émission intéressante sur AgoraVox: . Je remercie touhttp://www.agoravox.tv/tribune-libre/article/les-nombres-des-dieux-conference-74331. Je remercie Philippe Vergnes de m’accueilir. Come je suis assez nulle en informatique, je n’ouvre âs de Blod et comme je déteste toute forme de compétition imbécile, je trouve que le Blog de P.V. est trs bien fait. Problème, j’ai beaucoup de chose à dire et ayant un peu ensegné, je préfère de loin la confrontation et l’échange que d’écrire un livre que peu de personne liront (excepté les initiés, comme vous Julie Alors comme le coucou, je squatte un peu le blog de T.V. tout en essayant de ne pas envahir,…Mais ayant disons écrit sur cetains Blogs on me reproche souvent d’envahir,… pour quoi, parce que contrairement aux nombreux Trolls et commentateurs, je ne me limite pas à cracher mon venin, à faire cout genre: Oh, votre Blog est merveilleux, c’est fooormidable,….Jec réponds en argumentant ét évidemment, cela ne pla^t pas. Si Philippe peut me suggérer un moyen d’e toucher un plus vaste pûblic plutôt que de squetter ceux des autre, le réponse est bien venue J’aime plus l’échange qui est plus riche que de faire de longs exposés sur ma vision des choses qui évolue trop vite en fonction de la surabondance des infos, des livres à lire (pas de doublons ou plagiat), des fakes news,…vous m’aurez compris,… Je reproche d’ailleurs à Onfray de n’avoir fait aucun travail épistémologique, ni d’avoir cité ses sources. Intellecturllement, c’est inacceptable,…J’argumente et je reste toujours polie, cela ne plaît pas aux trolls qui squatte derrière un pseudo avançant masqué. Si certains veulent mes coordonnée, pas de problèmes,……

      • Bonjour Melanippe.
        J’aime bien vous lire. Même si c’est baroque. Meme quand je suis pas toujours d’accord avec vous. Ca me fait réfléchir. Il y a des choses justes et pertinentes.
        N’hésitez pas à donner le lien de votre site.
        Et j’irai troller ,)

      • Je ne veux pas ouvrir de blog ni de site, mais j’écris sous le pseudo: Mélusine7 sur Agora-.Vox. Tout à été dit dans la littérature. Suffit d’aller fouiller dans les bibliothèques. Je préfère, l’échange, les confrontations qui forcent les gens à réfléchir. Dans le fond, j’avoue aimer quand les commentateurs se rebiffent,….c’est là que cela devient intéressant,.. (méthode socratique). La vérité est toujours double et comme les boucles d’oreilles, une vérité en cache toujours une autre,…J’ai fais un peu trop de fautes dans le commentaires. Il devrait y avoir un système qui nous oblige à relire notre écrit,…Attention, j’aime pas trop les trolls qui se cachent, certains sont intéressants, mais comme les Tricksters de Jung, ils peuvent être toxiques,…

    • Par son manque d’empathie, « Mak-Rond » provoque des haines qui auront du mal à s’éteindre. Il a fait vraiment très fort avec les militaires dont certains vont essayer de provoquer une crise grave qu’il sera incapable de résoudre. Il sera ensuite acculé à la démission (fin2017-/début 2018) pour une nouvelle présidentielle au printemps 2018… A suivre !…

    • Sur l’origine du ou des DSM. Psychologue en 1985, j’utilisais le traité classique de Jean Bergeret qui a été supplanté par le DSM qui niait tout l’héritage psychanalytique. Le DSM vient comme toujours des ETATS-UNIS et les mouvement gays-LGBT sont à l’origine parce qu’ils ne supportaient pas d’être assimilés à des « structures perverses » (déni du sexe de l’existence du sexe da la femme et qui d’ailleurs coïn cidait aves les fameuses années Thatcher et Reagan. Femmes des années 80,…, batantes dynamiques qui accédaient enfin à leur rêve »: êtres des hommes pénis-neid freudien,…). En plus, les américains n’appréciaient pas d’être assimilés à des ETATS-LIMITES (lire UMBERTO ECO (…La Guerre du faux (1985; 2008 pour la nouvelle édition chez Grasset) (tiré de Il costume di casa, 1973; Dalla periferia dell’impero, 1977 ; Sette anni di desiderio, 1983. Les américains sont assimilés à des faussaires,…des psychopathes en puissance (lire DENIS DUCLOS,…). Et puis, last but not least, le DSM était tres intéressant pour les entreprises pharmaceutiques. A chaque problème, phobie ou autre correspond la bonne formule:(du Viagra, en passant pas le Prozav ûber alles,…). Ayant bien assimilé Bergeret, je savais qu’un jour, le « faux self » américain allait s’effondre comme un château de carte (lire Simenon qui parle très bien de l’homme qui pète les plombs face au vide existenciel de son existence. Tiens, jour de la mort de Diana. Je n’iame pas beaucoup Libé, mais parfois il y a d’excellents article: http://www.liberation.fr/debats/2017/08/29/lady-di-et-le-triomphe-du-rien_1592773. J’espère un nouveau livre chez: Pilule rouge sur la vérité (hum, cela fait un peu Brigitte Bardot). Puisque paraît-il la Franc-maçonnerie serait derrière l’élection de Macron. David Icke à sa version dans un livre en PDF (à lire avec beaucoup, beaucoup d’esprit critique, jamais rencontré de reptiliens, par contre un jour, quelqu’un a tourné ses yeux dans ses orbites deavant moi, assez flippant,…).David Icke, le GRAND SECRET en PDF. Petite anecdote, je ne suis affiliée à aucune secte. Mais le père de mon beau-père, je l’ai appris sur le tard était haut gradé chez les Rose-Croix et mon voisin (fils de Robert jones, aussi). Et j’ai rencontré mon compagnon, un 1er mai 2005 à midi pile (David Icke parle de cette fameuse date, synchronicité »,…et en plus aux marché aux fleur de forest en Belgique,….mon deuxième prénom est: FLORE,;;;c’est mon avatar,…Botticelli: le visage de Flore de la naissance de Vénus,…)

  14. Attention lune-soleil est un peu disons hystérique avec des sautes d’humour, …parfois je dois aller vérifier ses dires. Mais à 70 pour cent c’est exact. J’ai comme elle le livre de éphénérides. Mais mon préféré reste Pascaud qui est proche du surréalisme et a fait une étude sur breton,…ATTENTIN: scien comme toues les « ciences » très approximatives. GARDEZ toujours votre esprit critique. C’est votre seule et unique lanterne dans le broullard des illusions,….surtout actuellement (PLATON),…Attention, le presse ne fait que vous embobiner. Exemple vecu sur atlantico. Tire d’un médecin (de mes deux,…). Un jeune fille de neuf ans neurt de ne pas avoir étté vaccinée cotre la rougeole. Maintenant sachant que les gens sont de plus en plus pressés et ne lisent plus les textes. On apprend que la gamine était atteinte….de leucémie,… Autre infi. Attention: chèvre à tête humaine (sous entendu, mutation génétique à cause du changement climatique,…). Aucun journaliste pour évoquer l’hypothèse de la zoophile (ce n’est pas le premier exemple sur you-tube,…

    • Les journalistes ne sont pas mauvais. lls sont capables de faire du bon boulot.
      Pour peu que les sources soient citées, (ou protégées), et surtout croisées.
      Seul problème. L’indépendance des supports quand il s’agit de faire de grosses enquêtes, les moyens donnés au journalisme d’investigation.
      Ca demande du temps de croiser les sources.
      (Et l’auto censure… qui découle des difficultés rencontrées)

      • J’écris un peu vite et fais des fautes d’orthographe. Pourtant, je suis très rigoureuse dans mon travail. Il y a tant de chosses à commenter sur le monde contemporain. Je parle à un moment de boucles d’oreilles sans préciser qu’il s’agir de celles de » la :vache qui rit »,……

  15. Moué….C’est une nébuleuse. Ufologique, ou New age. Comme on dit ^^
    Séduisante, à première vue, puisqu’on va TOUT nous expliquer sur TOUT…
    Mais je préfère prendre mes distances.

    Dans une organisation du même ordre…Et à l’arrivée de la comète, ils ont tous fini les pieds devant, avec des sacs poubelles sur la tête et 5 $ en poche, pour payer le voyage…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.