Se comprendre ou s’entretuer : question de logique ?

« On ne résout pas un problème avec les modes de pensée qui l’ont engendré » (Albert Einstein).

« Quel est le paradoxe contemporain ? Un accroissement considérable des moyens de communication induit peu de communication (au sens de “compréhension”). Pourtant, il s’agit là d’un enjeu décisif pour que nous puissions éventuellement sortir de la barbarie de la communication humaine. » (Edgar Morin, 2008, « L’enjeu humain de la communication », in La communication, état des savoirs, ouvrage collectif).

Je ne sais pas si, comme moi, vous vous êtes souvent demandé pourquoi lors d’une discussion, d’un débat, d’un échange, etc. l’expression du moindre désaccord tourne vite au « pugilat » avec notre contradicteur. Les idées et les concepts ne sont plus discutés en tant que tels, mais sont « analysés » sous l’angle de la personnalité « supposée » de notre répondant qui devient très vite un « opposant ». Bref, sur quelques sujets que l’on « débatte », nous ne parvenons plus à nous comprendre. Plusieurs phénomènes s’entrecroisent pour expliquer cela, mais il en est un que je souhaiterais partager avec vous, car il passe bien souvent inaperçu, même pour les professionnels chargés d’étudier ces phénomènes.

Éclairons ce propos par la parabole des « aveugles et de l’éléphant » :

Six hommes d’Inde, très enclins à parfaire leurs connaissances, allèrent voir un éléphant (bien que tous fussent aveugles) afin que chacun, en l’observant, puisse satisfaire sa curiosité. Le premier s’approcha de l’éléphant et perdant pied, alla buter contre son flanc large et robuste. Il s’exclama aussitôt : « Mon Dieu ! Mais l’éléphant ressemble beaucoup à un mur ! » Le second, palpant une défense, s’écria : « Ho ! Qu’est-ce que cet objet si rond, si lisse et si pointu ? Il ne fait aucun doute que cet éléphant extraordinaire ressemble beaucoup à une lance ! » Le troisième s’avança vers l’éléphant et, saisissant par inadvertance la trompe qui se tortillait, s’écria sans hésitation : « Je vois que l’éléphant ressemble beaucoup à un serpent ! » Le quatrième, de sa main fébrile, se mit à palper le genou. « De toute évidence, dit-il, cet animal fabuleux ressemble à un arbre ! » Le cinquième toucha par hasard à l’oreille et dit : « Même le plus aveugle des hommes peut dire à quoi ressemble le plus l’éléphant ; nul ne peut me prouver le contraire, ce magnifique éléphant ressemble à un éventail ! » Le sixième commença tout juste à tâter l’animal, la queue qui se balançait lui tomba dans la main. « Je vois, dit-il, que l’éléphant ressemble beaucoup à une corde ! » Ainsi, ces hommes d’Inde discutèrent longuement, chacun faisant valoir son opinion avec force et fermeté. Même si chacun avait partiellement raison, tous étaient dans l’erreur.

Bien que cette analogie illustre magistralement les raisons de nos désaccords, ces derniers ne sont pas uniquement fondés sur l’observation de la réalité que chacun d’entre nous fait. La physique quantique l’a démontré : la qualité des observations produites est corrélée de façon indissociable à l’observateur. Or, nous n’appréhendons pas tous la réalité avec les mêmes outils, tant de façon subjective qu’objectivement. C’est en ce point de conjonction situé entre la subjectivité et l’objectivité que les choses commencent à devenir intéressantes, car un même sujet d’étude peut-être décrit par plusieurs systèmes logiques différents qui peuvent être antagonistes et/ou complémentaires selon la façon que nous avons de les exprimer.

Schématiquement, nous reconnaissons que notre cerveau possède des aptitudes différentes qui ont été conceptualisées de bien des manières et ont donné lieu à diverses théories : conscient et/ou inconscient (Freud) ; communication analogique ou digitale (Watzalawick, 1972) ; cerveau droit /cerveau gauche (Hermann, 1992) ; système 1 / système 2 (Khaneman et Tversky, 2012) ; etc.

Toutes ces conceptions tentent de rendre compte des processus mentaux par lesquels nous exprimons nos idées. Il n’en est aucune de fausse et aucune qui ne soit totalement vrai également. Cependant, nous avons tendance à opposer ces modes de pensée en les présentant sous une dualité raison Vs émotions ou raison Vs passions.

Mais il existe différentes manières d’explorer la « réalité ». Celles-ci peuvent être individuelle et/ou relationnelle, abstraite et/ou concrète. Selon ces critères, la connaissance fait appel à un formalisme spécifique tel que résumé par le schéma suivant :

Logiques & réalité
Schéma 1 : Les quatre manières de « connaître » issues de la nature abstraite/concrète et individuelle/collective de notre monde. Chacune d’elles fait appel à un formalisme spécifique   (Luc Bigé, La force du symbolique).

À chaque cadran sa méthode et ses lois. Chaque domaine du savoir pourrait, idéalement, être envisagé de quatre manières distinctes selon la logique qui la détermine :

  • La connaissance analytique met l’accent sur l’observation et la description. C’est le domaine de la science qui s’efforce de découvrir l’identité objective du monde concret et répond à une logique causale et linéaire. Sa pensée objective l’homme et son idéal est la réussite personnelle figurée par le robot. Elle répond à la question du « quoi » par une observation attentive de son objet d’étude pour le reproduire.
  • La connaissance « écologique ou systémique » décode les interactions qui lient et délient des objets. C’est le domaine de l’analyse systémique avec ses boucles de rétroactions. Sa logique est celle d’une causalité circulaire. Elle explique les phénomènes d’autoorganisation. Sa pensée écologique socialise l’homme et a pour idéal la reconnaissance sociale représentée par le citoyen. Elle répond à la question du « comment » en mathématisant les relations et tente de prévoir l’évolution des ensembles.
  • La connaissance symbolique décode le sens exprimé par la multiplicité des formes. Son domaine est celui des valeurs, des qualités et de la signification. Sa logique est symbolique. Sa pensée aide à la compréhension et donne sens à la vie humaine. Son idéal est la connaissance de soi incarnée par le sage. Elle répond à la question du « pourquoi » et perçoit ce qui est derrière la forme pour en révéler son sens caché.
  • La connaissance opérative est transcendantale. C’est le domaine des archétypes et elle cherche à en découvrir la nature. Sa logique est analogique. Sa pensée intègre l’homme dans l’univers et son idéal est l’harmonisation avec le tout personnifié par l’initié. Elle répond à la question du « où » et transforme l’être afin de le relier plus efficacement aux autres niveaux de réalité.

Le risque que nous courons en ne tenant compte que d’un seul mode de pensée parmi ceux évoqués ci-dessus serait de nier une part de la réalité de nos interlocuteurs qui n’interagissent pas avec la même logique que la nôtre. Cela nous entraîne irrémédiablement dans ce que Paul-Claude Racamier nomme un « mouvement perversif » (ou « mouvement pervers narcissique »). Or « la perversion consisterait à réduire l’ensemble de ces lectures à une seule en l’affirmant unique détentrice de la vérité. C’est ainsi que s’élaborent trop volontiers des “pensées uniques” prisonnières à leur insu – mais c’est souvent confortable – d’une logique restrictive et hélas, performante. […] Or toute attitude monomaniaque qui ne juge et ne jure que par l’une des quatre facettes de notre réalité conduit vers la fabrication d’un monde pervers et déséquilibré […][1] »

Actuellement, l’exemple le plus flagrant de cette « perversion de la pensée unique » nous est donné par les idéologies qui gravitent autour du transhumanisme. Celles-ci développent une vision du monde essentiellement centrée sur une connaissance analytique dont la finalité, implicite ou exprimée, est la suppression de l’homme au profit de l’homme « amélioré » et du robot. Ce qui signerait la suppression totale de l’humanité. Mais laissons là de côté ce problème pour l’instant et revenons au sujet de cet article : que se passe-t-il au niveau de la communication pour que nous ne parvenions plus à nous comprendre ?

Afin de répondre à cette question, rappelons à cet effet que l’étymologie du mot « communication » est empruntée au latin classique communicare qui signifie « avoir part, partager », puis « entrer en relation avec ».

Si nous ne savons plus à communiquer, autrement dit si nous ne sommes plus capables d’entrer en relation avec autrui, comme nous pouvons désormais l’observer de plus en plus sur les réseaux sociaux, c’est bien souvent parce que nous ne développons qu’un seul de ces quatre modes de pensée. Le problème des débats qui tournent rapidement au pugilat réside souvent dans le fait qu’une personne communique selon ses propres connaissances acquises d’après l’une des quatre logiques schématisées ci-dessus et que son contradicteur lui répond par une autre.

Le drame, dans bien des situations, c’est que ni les uns ni les autres des protagonistes ne sont conscients des différences propres à chaque mode de pensée dans lequel chacun s’exprime. Bien qu’il n’existe pas de frontière hermétique entre toutes ces logiques : « il est aussi inutile est dangereux de juger d’une forme de pensée à l’aune des critères élaborés par une autre. Une telle attitude ne conduirait qu’à de fâcheuses mésententes, à une guerre idéologique en vue d’une “victoire finale” de la conception dominante, mais ce ne serait certes pas un questionnement pour l’acquisition de la connaissance, dans les quatre sens de ce terme[2]. »

Cette situation est parfaitement illustrée en sciences humaines. En effet, quatre grands courants prédominent dans ces disciplines et chacun d’eux peut être affilié à une logique spécifique :

Logiques & psychologies
Schéma 2 :  Les quatre grands courants des sciences humaines ne sont pas hermétiques.

Si l’on prend en compte l’avertissement du danger stipulé plus haut, on comprend aisément que l’absence de compréhension mutuelle provient d’un excès de croyance en une seule forme de pensée qui vient en opposition à celle qu’utilise notre contradicteur. Bien des quiproquos qui apparaissent lors de discussions pourraient être évités si nous apprenions à tenir compte de ces différentes logiques.

Dans la première moitié du XXe, utilisant un autre modèle qui complète parfaitement bien notre exposé, Alfred Korzybski avait essayé de pallier ce manque de reconnaissance mutuelle en développant l’aphorisme « la carte n’est pas le territoire ». Il avait alors développé une Sémantique Générale qui situait correctement le problème et tenté d’y remédier en y apportant une réponse opérationnelle.

Pendant des millions d’années d’évolution, notre cerveau s’est parfaitement adapté pour survivre en milieu hostile, mais la rapidité à laquelle notre environnement a changé n’a pas laissé suffisamment de temps à notre système nerveux pour opérer les modifications nécessaires aux changements de vie qui se sont produits durant les derniers siècles. Par ailleurs, notre raisonnement est conditionné par une logique aristotélicienne comprenant les principes d’identité, du non contradictoire et du tiers exclu. Ces principes qui ont rendu de nombreux services jusqu’à présent sont toutefois dépassés dans le sens où ils ne permettent plus de penser la complexité du monde tel qu’il est aujourd’hui.

C’est en posant ce constat et en réfléchissant sur la façon de produire un mode de raisonnement adapté aux réalités de notre monde contemporain qu’Alfred Korzybski a développé sa discipline qui, bien qu’ayant inspiré de grands penseurs (Henri Laborit et Edgar Morin s’en sont inspirés pour développer le concept de « pensée complexe »), n’a pas eu le succès escompté au regard des objectifs visés : celui d’apporter une meilleure compréhension entre être humain.

Notre schéma des logiques qui sous-tendent les différentes sciences humaines s’éclaire plus facilement grâce aux concepts d’A. Korzybski.

Illustrons ce qui précède par un exemple.

Chacun des quatre grands courants des sciences humaines dessine une carte en employant ses propres symboles et autres codes qui donneront une légende de la carte permettant de la lire pour s’orienter sur le territoire qu’elle représente. Il ne viendrait l’idée à personne de prendre une carte des Pyrénées pour trouver son chemin dans les Alpes. De même que pour parcourir les Pyrénées ou les Alpes par les chemins de randonnée, vous n’allez pas vous repérer avec une carte des réseaux routiers. Ça tombe sous le sens du plus « abruti » d’entre nous (passez-moi l’expression, vous allez comprendre pourquoi en lisant ce qui suit). N’est-il pas ?

Et bien, figurez-vous que c’est très exactement ce que font la plupart des « scientifiques » qui acquièrent une spécialité dans un domaine donné lorsqu’ils s’adonnent à la critique d’un collègue qui n’appartient pas à la même spécialité que lui.

Cette posture aux conséquences délétères incalculables envers les relations interindividuelles n’est pas l’exception, mais la règle. Cette confusion entre carte et territoire qu’alimentent nombre d’esprits critiques interroge à plusieurs titres. En effet, outre le manque de respect, la perversion (déni d’altérité), les méprises, etc. que cela génère, cela pose également un éminent problème d’éthique : dans quelles mesures peut-on s’accorder le droit de critiquer les conceptions d’autrui sans avoir préalablement pris soin de les comprendre, ne serait-ce qu’en nous référant aux textes de bases des théories critiquées ?

Cela soulève encore un autre problème majeur qui est celui de considérer que toutes les opinions se valent, y compris même celles qui s’expriment par la voix de la bêtise.

Vous ne me croyez pas et n’imaginez pas que les scientifiques puissent se livrer à ce genre de pratiques ? Et pourtant…

Selon Maximilien Bachelart[3], inutile de chercher un ouvrage ou un enseignement « multiréferenciel » établissant un lien entre toutes les disciplines des sciences humaines susmentionnées selon une approche « intégrative ». Il n’en existe pas : « En France sont souvent évoquées des “guerres de religion” lorsque l’on décrit les conflits entre écoles de psychothérapies, guerres dans lesquelles certains cherchent à établir une trêve, en brandissant parfois le drapeau de la paix. […] les guerres, entre principalement la TCC et la psychanalyse, ont bien rapidement tourné à la caricature, chacun montrant du doigt des textes datant de plusieurs décennies si ça n’est pas d’un siècle, ignorant que les pratiques de notre époque ne sont pas le reflet de textes qui, pris seuls, posent bien évidemment question par leurs limites. La psychanalyse ne s’arrête pourtant pas à Studien über Hysterie de 1895 et le comportementalisme à Psychology as the behaviorist views it de 1913 ! Les griefs deviennent donc ridicules, non pas toujours mensongers, mais d’une mauvaise foi décrédibilisant les échanges. » Cette attitude ne peut que réveiller des conflits stériles d’un « campanilisme » hors d’âge. Elle est malheureusement la règle générale quel que soit le champ d’investigation considéré, que ce soient des sciences, y compris même les sciences « dures » ou des rapports humains. Et cela ne date pas d’hier.

Après Rabelais et son célèbre aphorisme « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme, Edgar Morin s’était penché sur le problème de la transdisciplinarité, autre mot pour désigner ce que peut être l’intégration en science humaine. Son livre Science avec conscience paru en 1982 est plus que jamais d’actualité. Sa présentation en quatrième de couverture annonçait déjà la couleur : « Les sciences humaines n’ont pas conscience des caractères physiques et biologiques des phénomènes humains. Les sciences naturelles n’ont pas conscience de leur inscription dans une culture, une société, une histoire. Les sciences n’ont pas conscience de leur rôle dans la société. Les sciences n’ont pas conscience des principes occultes qui commandent leurs élucidations. Les sciences n’ont pas conscience qu’il leur manque une conscience. Mais de partout naît le besoin d’une science avec conscience. Il est temps de prendre conscience de la complexité de toute réalité – physique, biologique, humaine, sociale, politique – et de la réalité de la complexité. Il est temps de prendre conscience qu’une science privée de réflexion et qu’une philosophie purement spéculative sont insuffisantes. Conscience sans science et science sans conscience sont mutilées et mutilantes. »

Pour cet auteur : « Il n’y aura pas de transformation sans réforme de pensée, c’est-à-dire révolution dans les structures mêmes de la pensée. La pensée doit devenir complexe[4]. » Ce concept exprime une forme de pensée imbriquant les différentes logiques les unes aux autres selon une méthodologie transdisciplinaire et intégrative.

Cependant, si les scientifiques ne sont eux-mêmes pas capables de générer de telles synthèses, qui le pourra ?

La question reste entière, car selon Edgar Morin, ce qui se joue à l’heure actuelle n’est ni plus ni moins que de la survie de l’humanité. (Il faut vraiment lire l’ouvrage d’Edgar Morin qui nous explique parfaitement bien que les sciences sont désormais utilisées comme une arme pour supplanter tous les autres pouvoirs de nos sociétés « démocratiques ». Il me semble que c’est un point capital que tous les citoyens soucieux de préserver la démocratie ignorent que trop.)

En outre, comme pour simplifier les choses, changer de mode de penser nécessite impérativement une capacité que notre société a toujours réprimée : je veux bien sûr parler de l’empathie (cf. « Empathie, conscience morale et psychopathie – Le développement moral » en trois parties). Cette aptitude que nous devons développer pour entrer dans les représentations d’autrui est d’autant plus indispensable que selon la matière, les disciplines enseignées ou la profession pratiquée, un même mot peut évoquer (symboliser) des formes, des objets, des idées, etc. forts différents d’un champ d’études à l’autre, d’où incompréhension, mésentente, confusion, etc.

Philippe Vergnes

[1] Bigé, Luc (2003), La force du symbolique, Paris : Dervy, 235p. p. 41.

[2] Ibid., p. 35.

[3] Bachelart, Maximilien (2017). L’approche intégrative en psychothérapie, Paris : ESF, 303 p.

[4] Morin, Edgar (1982), Science avec conscience, Paris : Seuil, 320 p.

153 commentaires

  1. Bonjour, texte interressant.

    Je sais que je suis trop analytique.
    Et que ma voie de sortie, c’est d’écouter mes émotions. Et d’accepter de les écouter.
    Une fois que c’est fait. Je parviens mieux à communiquer.

    La communication non violente. Va dans ce sens.

    Je peux aussi avoir un travers : une vision binaire.
    La vision ternaire, est bien meilleure. Créativité, humour ! (Systémique notamment).

    C’est un exercice à pratiquer au quotidien. ^^

    (Pour le cerveau droit./gauche, cette notion a été remise en question. Je pense qu’elle est simpliste et dépassée du point de vue purement scientifique )

  2. Je lis, Oui. Mais les commentaires me paraissent abstraits… Je n’ai pas envie de débattre dans l’arène.
    Peut être car je suis dans l’introspection. (Analyse ^^ pas bien lol)
    La communication s’apprend au moment de l’éducation.

    Quand j’étais petite, je ne pouvais pas exprimer mes émotions.
    Je devais être une petite fille modèle et subir les sautes d’humeur des grands.
    Une 1ere de la classe.L’intello donc, pour leur plaire.
    Et paradoxalement, j’ai choisi un métier de communication pure. Et le passage des émotions humaines au travers du media que j’ai privilégié. A l’écoute des autres. Comme si il y avait 2 langages.
    Un langage formel pour le débat. Et un langage vrai : celui de la rencontre.

    L’information formelle. Oui.
    Mais surtout l’émotion de la rencontre. Le rythme, Les silences, les hésitations…le souffle, La perception des sens.
    Un peu comme des secondes de méditation à l’intérieur du tuyau de flux d’information continue.

    Du sens. Des sens. De ce qui fait sens pour l’humain. Au delà de ce qui est dit.
    Il y a un sens parallèle. Les émotions par le son.

    Je pense que la plus belle communication, entre les hommes, c’est le son et la musique.

  3. Peut être que cette pensée transcendantale existe et servirait finalement à quelque chose.
    Mais la science avance, objectivement. Et elle permet d’accéder à des niveaux de puissance de plus en plus considérables, contrôler plus précisément la matière, se rapprocher de la maîtrise de la fusion nucléaire par exemple, de la conquête de l’espace.
    Elle parvient également à augmenter la prédictibilité de l’esprit humain, à l’échelle d’un individu comme à celle d’un groupe social, par le biais notamment de l’exaltation de l’individualisme et de l’idée d’une pseudo raison subjective qu’il ne faudrait jamais contrarier.
    C’est à l’individu de rechercher l’objectivité, pas au monde de se contorsionner pour ne pas invalider telle ou telle interprétation subjective.
    Comment croire que nous ne deviendrons pas plus esclaves dans un monde qui nous comprend mieux que nous le comprenons?

    • Question intéressante pour laquelle je n’ai pas de réponse, mais pourquoi ne pas faire confiance à certaines recherches scientifiques qui tentent de comprendre ce que l’on nomme aujourd’hui péjorativement la « parapsychologie ».
      Il y a de plus en plus d’expérience de ce type qui nous ouvrent la voie vers de nouveau horizon que notre société a plutôt tendance à réprimer en s’enfermant dans une logique de plus en plus matérialiste. C’est une autre piste… parmi bien d’autres.

      • J’ai lu les liens de Freud avec la Kabbale, mais pour paraître crédible, il a fait comme les Marranes, il se cachait pour pratiquer sa « religion »,…

  4. Je vois bien, sur agoravox… les attaques personnelles.
    Les sous entendus. Les malentendus. Les étiquettes qu’on balance à l’autre.

    Une colère, qui ne sait pas s’exprimer, peut être… à force de frustration, d’injustices…
    Plutôt que t’entendre cette colère et de l’accepter comme telle. Une émotion qui peut dire : défense du MOI
    Oui. Qui est forme de défense…On plie, on se tait. Mais ca va exploser.

    Un jour, tout est lâché à la tête du 1er venu ^^ Sauf que ce n’est pas le bon interlocuteur. Peut être car on n’a pas su se défendre plus tôt, des attaques au MOI. Des attaques narcissiques….

    Nous avons tous des comportements pervers en puissance. C’est une défense comme les autres.
    Je reconnais que j’ai pu en user.Nous ne sommes pas oies blanches.
    Moi la première. Ils nous entrainent trop loin.

    Mais par contre, quelque chose me mine. Pour s’attaquer à un pervers et le faire plier.
    Nous devrions utiliser les mêmes armes.
    A savoir : la communication paradoxale. Et je vois certains psy (extrèmement pragmatiques) encourager ces pratiques de communication paradoxale et toxiques pour la défense de leur victimes. Et diffuser cela au grand public… Face au pervers désigné (ou fantasmé ? ??)

    Je dis NON !

    Cette communication est pathogène.

    C’est une menace à l’identité. Quand on n’est pas un vrai pervers, on ne peut pas utiliser cette défense sur le long terme. Et encore moins sous l’emprise d’un psy. Je suis totalement contre. C’est aussi déroutant que de subir des attaques perverses.

    Je préfère rester moi même que d’utiliser les mêmes armes, en toute conscience.. .et de façon programmée.
    Au risque de m’y perdre.

    • Bonsoir Julie. personnellement quand j’écris sur Agora..vox, je m’adresse à un lecteur imaginaire (comme une bouteille à la mère, vous ne connaissez pas le destinataire,…. Dès que commence la surenchère: STOP.,…perte de temps,…La mécanique perverse est toujours la même et peu créative sachant qu’un authentique pervers, le restera. C’est sa structure. Le problème commence quand l’un veut avoir le dernier mot. Si nécessaire, il faut même savoir perdre,…car au final, c’est vous qui gagnez. Le perversion est un enfer inconscient qui nécessite chaque fois de repartir en chasse,…une roue qui tourne à vide, sans même produire de l’électricité.

  5. Comprendre l’autre…
    L’empathie.

    J’étais encore jeune et je ne savais pas ce que ce mot voulait dire.

    C’est un moine tibétain qui me l’a expliqué. Ou plutôt son traducteur.
    Pourquoi me regarde t il fixement ? Que cherche t il à me dire ?
    Je n’ai pas aimé son thé au beurre de Yack. Offert dans la tradition de l’hospitalité de son pays.

    Son regard, plein d’empathie, oui. Il m’a marqué son regard.
    Et finalement la communication humaine, se passait bien de mots.
    (et du traducteur qui était là, et qui progressivement s’est effacé)

    Combien d’heures de méditation, pour parvenir à cette communication d’âme à âme… face à une inconnue ?
    Un sentiment de plénitude. Une bénédiction tombée du ciel.
    Cet homme me regarde sans jugement, sans mots. Moi qui travaille avec les mots.

    Mais les mots n’ont pas d’importance Mademoiselle ! Vous êtes là pour quelque chose de beaucoup plus important.
    Il m’invite, sans un mot, à comprendre l’empathie, qui guide sa vie.

  6. Moralité. Ce sont des secondes, et des minutes de silence… Qui peuvent faire le plus de sens, au milieu de la musique… de la communication humaine. Des pauses. Musicales.

    Dans la compréhension empathique de l’autre.

    Toute relation est ponctuée de temps de silence. (cf approche systémique de la communication. Approche TCC et méditation et retraite. Courant humaniste (empathie), introspection et émotions (temps de l’analyse).

    Ces silences là sont furtifs, et ils sont d’or.

  7. Bonjour Melusine. Je vous lis sur agoravox.
    Il y a un pervers à l’intérieur et je ne souhaite pas converser avec lui. Aucun intérêt..

    « Christan Nots a très bien décrit dans Totalitarisme et oligarchisme entre 2014 et 2045 l’évolution de la personnalité actuelle. Concernant les reptiliens, ils les assimile plutôt à une forme d’alexithymie pré-psychotique. Extrait » : la personnalité de la plupart des citoyens est ainsi de muter insidieusement d’un mixage dialectique et conscient des fonctions du Soi et des fonctions du moi (ou de l’égo) vers un ex-centrage schizoïde et unilatéral sur le moi social. Les citoyens du G8 se calent donc tous aujourd’hui de manière pathologique et systématisée à le fois sur une hypertrophie du moi (égo tout puissant, égo totalitaire, égo suffisant. … je ne peux que conseiller la lecture et son point de vue sur le djihadisme qu’il assimile à un retour du refoulé, de ce que notre société dissociative de masse dénie : le moi émotif,…avec le risque du retour du Père archaïque tout-puissant,…genre Président Schreber,… »

    Je vois du vrai là dedans. Même si je ne comprend pas toujours le concept de retour du refoulé ^^
    Oui. La manipulation d’un ego tout puissant, pour mettre les gens en position schizoïde, par le clivage.
    Une fois que c’est fait, ca part en boucle tout seul.
    Donc, cela peut partir d’une manipulation simple à une personne cible, et s’étendre, jusqu’à la masse.
    C’est le même principe.

    Il faut savoir aussi que dans notre pays, la justice est à la traîne (au niveau européen). C’est pourtant une fonction régalienne. Tout son fonctionnement (débat contradictoire) est branché sur le mode paranoïaque. Les personnalités délirantes et paranoïaques ont beaucoup de chance de l’emporter. Elles se font rattraper(parfois) par le système, (qui fait appel à des spécialistes des pelottes de laine quand le dossier devient énorme), mais sur le tard, et bottées en touche en tant que quérulents processifs. Mais après avoir commis de nombreux dégâts.

    Un moine tibetain serait il manipulable ? Bien qu’emplit d’empathie, je ne crois pas. Son cerveau est un muscle 🙂
    Il accepterait les pensées intrusives pour ce qu’elles sont : des pensées intrusives. Et il les chasserait comme des mouches.

    • Si vous avez le temps, de l’argent,..je vous conseille vivement de lire Christian Nots. Vous verrez clair sur tout ce qui se passe dans le Monde d’aujourd’hui,… L’empathie long débat. Seuls les névrotiques sont capables d’êtres VRAIMENT dans l’empathie transmissions de pensée, jeu de mots, échanges riches et variés,…),…et comme ils représentent, en étant optimistes 5% de la population,..Ne pas confondre empathie et simple discussion banale avec le commerçant du coin ou le voisin,…Vous parlez de kalachnikov. J’ai rencontré un gars dans son style en 1988, un artiste mais il n’aurait pas défendu le patriarcat et si vous allez jeter un oeil sur notre échange dans le Blog très « amusant » de Gruni, sur la stupide question de savoir: combien dure une relation sexuelle (genre rapport Hite), il a tenté de me séduire,…je connais bien ce genre de don-Juan pour en avoir croisé deux dans ma vie,…il savent y faire avec les femmes. Mais leur but est avant tout celui du Chasseur. Et Philippe Vergnes a tenté de jouer le rôle de la statue du commandeur,..je n’ai pas tout lu. Un jour peut-être. Moi je suis aux prise avec Lavaux,..

      • Ta ta ta ! Les Don juan sont narcissiques. Simples. De mon point de vue.

        Les pervers c’est autre chose… Ils sont narcissiques, mais pas que. Ce sont des caméléons
        Je ne m’étend plus sur ce cas. Ca ne m’interesse pas 🙂

  8. Bonjour Philippe Vergnes

    Pour ce qui concerne le cerveau reptilien ou droite gauche. Ce sont des images frappantes et parlantes (des métaphores grand public, symboliques). Je pense que ces concepts mériteraient d’être réactualisés, si on se place du point de vue scientifique. Je n’ai pas les sources sous les yeux. Mais j’ai bien lu que la recherche à remis cela en question. Ce n’est pas si simple. On n’a jamais fini d’en apprendre.

    Pour ce qui concerne notre fonctionnement je suis totalement d’accord sur le fait que c’est une question d’équilibre.
    Tout comme on doit manger équilibré.
    Il faut penser équilibré, sans opposer les modes de pensée les uns aux autres 🙂
    Suffit pas de le dire… Mais de trouver les moyens, les ressources pour le faire.

    • Rappelez-vous de ce très grand film de Resnais: Mon Oncle d’Amérique et allez voir sur Google l’analyse qui est faite du cerveau reptilien,..Extrait:.l reprend la théorie de Paul D. MacLean des trois niveaux cérébraux (ou « cerveau triunique », qui guidait la réflexion neuroscientifique à l’époque) :

      Un cerveau reptilien, commun à tout le règne animal, qui assure nos réflexes de survie et qui dirige notre comportement de consommation ;
      Un deuxième « cerveau », le cerveau limbique, commun à tous les mammifères, celui de la mémoire, qui guide notre comportement de récompense : il nous fait fuir les expériences que l’on a connues douloureuses (Chat échaudé craint l’eau froide) et agir pour rechercher le plaisir. Si toutes les issues sont bouchées, l’inhibition de l’action provoque le stress et déclenche des maladies ;
      Notre troisième « cerveau », le néocortex, plus développé chez l’espèce humaine, permet d’associer des idées provenant d’expériences différentes plus abstraites. Il ne nous sert hélas bien souvent qu’à tenir un discours qui permet de justifier nos deux premiers comportements.
      Le néocortex devrait nous permettre de comprendre que ces deux premiers cerveaux n’instaurent que des comportements de domination entre les hommes. Or l’homme n’est fait que de son contact avec les autres hommes. Ne pas être conscient qu’il faut au moins canaliser les instincts de domination (puisque nous ne pouvons les éliminer) ne peut conduire qu’au malheur individuel et collectif. Ainsi, selon Laborit qui conclut le film, connaître ces mécanismes ne permettrait certes pas de les éliminer, mais au moins de les utiliser pour faire autre chose, de même que l’étude patiente des lois du mouvement n’a nullement supprimé la gravité, mais nous a permis néanmoins d’aller sur la Lune !

  9. Pour comprendre la notion de retour du refoulé, il faut lire: La Horla de Maupassant.. Allez lire des extrait sur Wiki. Une espèce de Golem qui vient hanter le narrateur, une partie de lui-m^me qui le persécute de l’extérieur. Définition:de Horla:Le terme « Horla » est un néologisme créé par Maupassant. Plusieurs hypothèses ont été évoquées pour en expliquer l’origine. Il pourrait être composé à la fois de l’expression « hors la loi » et du mot normand « horsain » qui signifie « l’étranger »2. Mais il pourrait aussi être la juxtaposition des mots « hors » et « là »3, ce qui crée un oxymore destiné à faire apparaître à la fois l’anormalité de cette créature et sa présence.

    • Merci pour la musique Mélanippe.

      Mon grand père a été fait prisonnier par les allemands.
      Ils lui ont prêté un « Stradivarius’ afin qu’il joue pour eux, tous les soirs dans un orchestre de prisonniers.
      La musique a sauvé ses conditions de détention.
      Il en a beaucoup parlé de ce violon (et même regretté), à sa sortie.

      (Enfin c’est la légende familiale, et peut être aussi, le syndrome de Stockholm).

      • Merci pour votre histoire,… Philippe Vergnes pourrait-il imaginer un système d’échange verrouillé qui bloquerait tout curieux ou trolls toxiques (tous ne le sont pas). Nous pourrions ainsi échanger plus librement sans passer par Facebook (je n’ai pas confiance,..). Je livre quelques pans de ma vie privée sur le site de Nabum. Mais c’est assez codé. Si vous vous posez des questions sur ce qui se passe dans les coulisses de la société lire toute l’oeuvre de Laura Knignt-Jadczyk. chez Pilule Rouge. Je leur ai téléphoné pour savoir s’ils avaient déjà eu des pressions. Ils m’ont répondu que oui, mais qu’ils poursuivaient malgré tout leur travail de défrichage. De toute façon, je suis repérée par Atlantico et Libération (mais comme je suis amie de l’amie de Raoul van Eigem (qui a participé à la création de charlie hebdo,), ils me laissent tranquilles.. Je connais trop de personnes importantes,..Intouchable (du moins aujourd’hui,…si cela devait déraper comme en quarante, je ne jure de rien,…)..

  10. Hors la loi. (Ok. Pour le retour du refoulé).

    Quelle oratrice 🙂
    Oui, les émotions sont vraies.Et je dirai même qu’écouter ses émotions c’est le vrai travail.
    L’inconscient je m’en fou un peu si j’ose dire 🙂 Il passe par mes émotions.
    Ne pas les entendre,mettre un couvercle dessus, c’est se couper d’une partie de soi même.
    Sans être soi.

    Moi qui suit très analytique, je sais bien 🙂

  11. Les références à la guerre sont des Projections pures et simples. Ce sont des procès d’intention, des interprétations fausses.
    > renvoi en miroir. Comme chez Lacan :p

    Pour le reste, humour
    Créativité
    Affirmation de soi.

    Courage, je n’y vais pas car je sais qu’un bout d’un moment je vais commettre des erreurs. Ils nous attrapent à l’usure.
    Et j’ai bien autre chose à faire 😉

  12. Je vais vous dire ce que je vois.

    Un pervers.. (Peu présent, mais à l’affût de la moindre faille)
    Et une personnalité paranoiaque. Quérulente. Ultra intelligente, mais aussi dans les projections.

    C’est mon point de vue perso.

    Je ne met pas mes pieds dans ce panier de crabe, qui sabotent les relations humaines, et aussi les discussions de groupe.

    • Vous avez raison de vous tenir à l’écart. Lavau est le type même du paranoïaque (à moins que vous ne parliez de Kalachnikov…). Lavau est perpétuellement en procès avec les autres et sa pensée est psycho-rigide. Meilleurs conseils: La fuite,…Je préfère mille fois le Blog de Nabum. Attention, parce que ces personnes sont souvent dangereuse,…

  13. Tiens tiens… une référence explicite à la violence intra familiale….
    (protection de l’enfance, et violence envers les femmes).

    Avec les cibles de monsieur… explicitement nommées.
    (Ainsi que ses procès en cours ?)

    Se qui s’appelle se dévoiler, et se tirer une balle dans le pied.

    ^^

    • Bonjour Julie,

      Vous avez raison de vous tenir à l’écart d’Agoravox. Ce site n’est pas modéré. Du coup, tous les coups sont permis. J’ai compris dès le premier article que j’ai posté sur ce site. Quel Accueil !

      Du coup, je me suis dis que je pouvais joindre l’utile à l’agréable (façon de parler), car en fait j’étais et suis toujours dans une réflexion sur les mouvements perversifs (ou mouvement pervers narcissique comme les nomme Racamier) et il se trouve qu’Agoravox est probablement le meilleur lieu où l’on peut observer ce genre de « mouvement ».

      Plusieurs intervenants sont venus « m’épauler » dans l’arène, comme vous dites, mais je leur déconseille à chaque fois de prendre partie. Taverne écrit des choses toujours très sensées, mais il faut voir comme parfois il se fait « agresser », c’est hallucinant…

      Il faudrait vraiment finir par en faire un étude.

      Je n’ai pas encore posté mon article qui parle de la protection de l’enfance, car je crains le pire, mais l’expérience me tente bien considérant le climat qui règne sur ce site.

      Après, à qui ai-je affaire réellement, je m’en moque un peu. Mon intérêt se situe au niveau des processus bien plus que des personnes.

      • J’en ai rencontré des psychopathes, des pervers, de vrais salauds dans ma vie. Mon ange dans le Livre de Kabaleb est IMMAMIAH. Je vous lis ce que l’on en dit: (Dieu élève au-dessus de toute chose chose). La personne a beaucoup d’ennemis mais elle fera la paix avec tout le monde- Elle aura des relations de type karmique (ce qui est tout à fait exact… lire ma rencontre avec mon compagnon actuel…) avec la plupart de ceux qui l’entourent. Tous ceux qui le haïssent finiront par l’aimer-protection dans les voyages-protection s’il est emprisonné (quand je vivais chez ma Folcoche de belle-mère, en 1963, c’était un peu le cas…) cet Arcane protège ceux qui se repentent de leurs erreurs (j’ai fais une psychanalyse, dans l’esprit didactique mais aussi pour comprendre pourquoi mon premier amour comme dans Stars Wars, s’est révélé être un brin facho… étrange parce que c’est lui qui m’a dit de faire la psycho et son père était psy…). Il récupérera la liberté, s’il l’a perdue. Caractère fort et de grande vigueur. Tout ce qu’il fera lui semblera facile… Kabaleb, c’est bien mieux que la bible car directement inspiré de la psychanalyse. A réserver aux initiés…   

  14. Nabum est très très bien. Il m’invite à y déposer le roman de ma vie qui fut pour le moins singulière,.. Je sais que certains vont venir nous casser les pieds, mais nous avons déciderécomme deux vieux chênes de résister à la tempête,…

  15. Je pense que oui, c’est un recueil intéressant. Beaucoup de perles.
    Un site avec la loi du plus fort.

    Pour la protection de l’enfance, il va y avoir du sport !!!
    Je mise pour 200 commentaires au bas mot.

    Oui, ca pourrait même servir, un jour, peut être. Oui, comme recueil dans le cadre d’une étude approfondie.

    C’est bien de processus stéréotypés de la violence qu’il s’agit.

    Votre travail est un peu maso ^^

    Mais pas vain. (Non, je n’irai pas).

    Ce qui est intéressant d’étudier, ce sont les modes de défense (inconscients) générés. (Ce qui intervient en supervision).

    Il faut être un sage, avec un regard métacommunication, et recul, pour mettre fin aux processus. C’est une forme de supervision générale. Il s’en est très bien sorti. (admiration).

    • Alors non… je suis Lion. Et pour ce qui est de l’Archange Michael, en fait, j’aimerais bien, mais il semblerait que je ne puisse pas avoir son appui. Saint Georges s’est déjà pas mal. 😉

      • Voilà pourquoi nous entendons. Je suis entourée de lions hommes (étant sagittaire du onze décembre 1954). Mon compagnon Olivier est né le même jour que Jung (26 juillet 1955) et son meilleur ami, le jour de Freud. Il n’y a pas de hasard,.. Lion , le soleil, le père,.. JEan Bergeret était aussi lion ainsi que Jung. Toutes mes rencontres sont des sychronicités. Après mon retour de Paris, j’ai vécu avec un juif polonais qui avait connu la soeur d’une certaine Michèle de Ries Psychologue (mon nom est PLAHIERS, de Ries, plah »iers,) il s’appealit Gy était juif-polonais comme mon pychanalyste forgeron, mais pataphysicien et sociologue. Né le m^me jour que la mort d’Hitler (j’ai fais son thème qui comme par hasard devait aussi être celui de la mort d’Hitler. Le film: TOTO le héros a été tourné dans la maison de son père. Et aujourd’hui est le jour de naissance de mère, conçue le jour de la conception de la mère de mon compagnon un 2 décembre 1933. Elle sagittaire s’appelant Michèle (morte dans un accident de voir étrange en 1965),… moi aussi. Olivier a été élevé par la meilleure amie de mon sociologue pataphysicien (Directrice à une certaine époque d’aimer à l’ULB). La boucle était boucle,.la meilleure amie d’enfance et depuis toujours est Isabelle Nyssen (ou soeur,,…) de françoise Nyssen votre Ministre de la culture. Je vais bientôt lire s le premier livre écrit par Hubert Nyssen qui comme par hasard s’appelle:: Le nom de l’arbre. La mère d’Isabelle a eu des relations sexuelles avec les deux frères à deux jours d’intervalle, mais Hubert souffrait d’un phimosis et la pénétration fut impossible. Au moment de l’accouchement l’obstétricien a dit: Madame, c’est très rare, mais vous êtes: vierge (et bien sûr Isabelle est du signe de la vierge,…)

  16. Vous n’êtes pas obligée de me répondre Julie, mais êtes-vous française et de quélle région? J’ai vécu trois ans, de 1985 à 1988 en France en passant par Banon-Saint-Jean-de-Luz et au final à Paris en plein coeur du Marais et le quartier latin,..

    • Je vous explique pourquoi. Quna j’ai perdu mon grand amopur psychanalyste et forgeron, après deux années de deuil et entre deux séances psys, le lisais une revue de l’époque: Cent idées. Et j’ai li qu’u’il y avait des stages de peintures et sculpture à Puyharas. Ni une ni deux. Je décide de partir à l’aventure comme dans le Film Bleu de Krzysztof Kieślowski. Le jour du départ en train un 14 juillet fut absolument magnifique. Le train s’arrêtait dans chaque gare et des feux ‘d’artifice me réveillaient à chaque arrêt du train . A Puyharas, je fais la rencontre d’un homme beau comme un Dieu (mélange de Charlton Heston et Omar Sharif)). Je sortais d’un deuil et lui aussi. Je l’ai déjà raconte, elle s’appelait: Julia, était cardiaque et a vomi son coeur en pleine rue de Paris. Elle habitait Saint-Germain en Laye. Avec Michel un basque ami du sculpteur, ami de César, nous y sommes allé plusieurs fois. Voilà pourquoi votre prénom résonne étrangement à mes oreilles….Je pensais m’installer à Paris, mais c’était un artiste financièrement très instable et je n’étais pas riche. En plus je devais faire une année en plus à la Sorbonne pour l’équivalence de diplôme…. L’histoire en est presque restée là. Il a essayé l’inverse en venant à Bruxelles. Mais il avait une fille dont je m’occupais. Les avions devenaient ruineux,… C’était un beau roman, une belle histoire,..

  17. Corrigé: Voilà pourquoi nous entendons. Je suis entourée de lions hommes (étant sagittaire du onze décembre 1954). Mon compagnon Olivier est né le même jour que Jung (26 juillet 1955) et son meilleur ami, le jour de Freud. Il n’y a pas de hasard,.. Lion , le soleil, le père,.. JEan Bergeret était aussi lion ainsi que Jung. Toutes mes rencontres sont des synchronicités. Après mon retour de Paris, j’ai vécu avec un juif polonais qui avait connu la soeur d’une certaine Michèle de Ries Psychologue (mon nom est PLAHIERS, de Ries, plah »iers,) il qui m’avait précédée avant mon psychanalyste il s’appelait aussi Guy était juif-polonais comme mon pychanalyste forgeron, mais pataphysicien et sociologue. Né le m^me jour que la mort d’Hitler (j’ai fait son thème qui comme par hasard devait aussi être celui de la mort d’Hitler. Le film: TOTO le héros a été tourné dans la maison de son père. Et aujourd’hui est le jour de naissance de mère, conçue le jour de la conception de la mère de mon compagnon un 2 décembre 1933. Elle sagittaire s’appelant Michèle (morte dans un accident de voiture étrange en 1965),… moi aussi. Olivier a été élevé par la meilleure amie de sa mère) et amie du premier amour de mon sociologue pataphysicien (Directrice à une certaine époque d’aimer à l’ULB,). La boucle était boucle,.la meilleure amie d’enfance d’olivier est depuis toujours Isabelle Nyssen (ou soeur,,…) de françoise Nyssen votre Ministre de la culture. Je vais bientôt lire s le premier livre écrit par Hubert Nyssen qui comme par hasard s’appelle:: Le nom de l’arbre. La mère d’Isabelle a eu des relations sexuelles avec les deux frères à deux jours d’intervalle, mais Hubert souffrait d’un phimosis et la pénétration fut impossible. Au moment de l’accouchement l’obstétricien a dit: Madame, c’est très rare, mais vous êtes: vierge (et bien sûr Isabelle est du signe de la vierge,…).

  18. L’histoire est belle mais vous mettez la vie privée d’une tierce personne de notoriété publique sur internet.
    Et sur espace public.
    C’est votre amie. Est elle d’accord ?

    • Julie, certes, mais lisez tout ce que l’on dit de Françoise Nyssen sur Internet et de son fils. C’est mille fois plus grave,… et Françoise comme Isabelle s’en moquent un peu. Disons que je parle de ce fait parce qu’il peut avoir un intérêt pour la suite de l’histoire politique . De toute façon, le vie des personnes célèbres finit toujours par être connue, décortiquée. Regardée celle de Freud. Il estimait d’ailleurs qu’il était important que son oeuvre soit associée à son histoire personnelle (quel courage,…!!.). Isabelle est mon amie, pas ma patiente et son histoire, elle l’a raconte un peu partout,….Et de toute façon, le mystère subsiste. C’est peut-être mieux ainsi. Cela fait partie du roman que l’on sa raconte.,…

    • Par ailleurs, j’ai exposé une théorie sur le site de Monsieur Philippe Vergnes. Son site semble-t-il est très peu fréquenté. Nous ne sommes apparemment que trois à poster. Ce qui m’amène à penser que personne ne s’intéresse à son site. excepté quelques initiés,…. Les personnes qui fonctionnent les ondes basses (2 perverses, toxiques, matérialistes, ne communiquent pas avec les personnes qui se trouvent fonctionner dans des ondes hautes, comme la onze. Ce qui nous permets de passer inaperçus et ainsi d’écrire certaines choses qui ne seront lues que par ceux qui peuvent les comprendre. Des psychologues sont en train d’étudier cette théorie….Vous pouvez ainsi révéler la vérité sur l’affaire Dutroux (que je connais en partie,, mon voisin ayant passé son enfance au Palais Royal,..), crier cette vérité dans la rue….personne ne vous écoute,….

  19. @ Philippe Vergnes.
    Tiens, oui, qu’est ce c’est qu’un paradoxe fermé ?

    Pour moi c’est une double contrainte.
    Un paradoxe, on peut s’en sortir… Assez facilement.Tiens, pas de réponse !
    Avec un peu d’entrainement. S’il n’y a pas de réponse. C’est qu’il y a un paradoxe probable à dénicher.

    Un double contrainte, c’est le pire. Selon moi c’est 2 paires d’injonctions paradoxales.

    Et un verrou de fermeture.
    Le verrou en question : Interdiction d’en parler (c’est confidentiel !), conflit de loyauté (situation insoutenable), attaque à l’identité de l’interlocuteur.

    Parle t on de la même chose ?

    • @ Julie,

      Double contrainte et injonctions paradoxales sont synonymes dans la théorie systémique initiale. Elle a été quelques temps considérée comme potentiellement cause de schizophrénie avant que d’être abandonnée. Racamier a repris et développé cette théorie en précisant que ce qui était schizophrénogène était les paradoxes fermés considérés comme injonction paradoxales au même titre que les autres.
      Les paradoxes fermés sont ceux qui sont formulés sur deux plans de communication différents : un ordre verbal, et un contre-ordre non-verbal.

      Par exemple, je dis oui en bougeant la tête de gauche à droite et non pas de bas en haut pour confirmer mes dires. Ce paradoxe fermé est si connu qu’il en a perdu ses propriétés schizophrénogènes, mais sur le psychisme d’un enfant en construction, c’est tout autre chose. Comme dans l’exemple que je donne sur Agoravox de la mère qui répond « je t’aime » à son enfant tout en le rejetant d’un geste du bras. Là, c’est mortel !

      Le message que les parents lui font passer à l’enfant est celui de : « Je ne peux t’aimer que si tu n’es pas ! » C’est une négation totale de son être : un meurtre psychique. Répétée des dizaines de fois par jour comme cela arrive parfois dans certaines familles, on imagine les dégâts sur l’enfant d’une telle situation.

      La double contrainte : https://fr.wikipedia.org/wiki/Double_contrainte

      • Depuis sept ans exactement, j’écris beaucoup sur les commentaires de la presse (je me suis fait censurer, dès que j’abordais un sujet sensible, style LGBT, …). Mais je ne suis jamais allée sur Facebook (comme le fait Madame Roudinesco). Pourquoi,…parce que justement, Zuckerberg vient de l’école de Palo Alto qui est à l’origine de cette fameuse théorie paradoxale. Et Facebook illustre parfaitement cette théorie de la communication paradoxale (Zuckerberg serait autiste,….). Un réseau dit social qui aboutit paradoxalement à l’effet inverse, toxique et psychotique. il y aurait beaucoup à dire sur le sujet,…je laisse à d’autres le travail sur facebook (dont les deux OO rappellent étrangement, des jumelles comme celle de Big Brother,…) 

      • Ce qui m’amuse beaucoup, c’est que tous les journaux qui m’ont censurée (Libération, Le Causeur, Atlantico, Le Figaro, le Soir,…je les mettais en garde avec « mariage homosexuel », j’étais un peu une Cassandre qui parlait dans le vent,….)en savent actuellement moins que moi sur le gouvernement français. Belle revanche,…. Il faut aussi savoir qu’avec Google Maps, plus aucun psychanalyste ne peut travailler correctement. Les patients qui se rendent chez leur psychanalyste ne peuvent plus le faire incognito,…. Big Brother veille. alors, je me suis rappelée la fameuse lettre volée d’Edgar Poe. Dans un pays d’aveugle, pour encore s’exprimer, il suffit de s’exposer à la vue de tout le monde, simplement, bêtement (si les policier ne trouvaient pas la fameuse lettre dans la nouvelle d’Edgar Poe, c’est parce que celle-ci avait l’air d’un simple bout de papier sans importance,…vous savez, la méthode de l’inspecteur Colombo, un Monsieur avec une vieille voiture qui peine à démarrer et qui en plus porte un vieil imper froissé, on ne le prend pas au sérieux et personne ne l’écoute, ce qui lui donne un sérieux avantage: les personnes se laissent aller à parler,…et lui simplement, je dirais- même bêtement, écoute….Il fonctionne dans la onzième dimension (celle de l’intuition), les autres reste bloqués dans le deuxième,…. C’est ma théorie de l’empathie qui d’après moi n’existe qu’entre personne de même vibration comme dans un quatuor ou un orchestre,…(Je n’ai jamais suivi Carl Rogers). Par contre, le fameux test sur notre degré d’empathie étudié par Laborit (j’ai oublié le nom du test qui consistait à demander à des personnes de donner des décharges électriques à une personne simplement à la demande d’un professeur qui est sensé représenter l’autorité,….)reste tout à fait d’actualité. Personne ne peut se mettre à la place d’un psychotique ou d’un autiste, c’est impossible. Nous pouvons juste imaginer ce que doit être une angoisse massive de morcellement et lire: le trou noir de la psyché de Frances Tustin. N’oubliez jamais la « psychologie » du psychotique: l’effort pour rendre l’autre fou. Et celle du pervers qui est très proche du psychotique: l’effort pour perversifier sadiquement l’autre (comme le firent les nazis dans les camps de concentration) en attaquant le narcissisme (un numéro sur le bras), le diminuant pour s’agrandir (fragilité narcissique,…). Exemple: nettoyage du trottoir par les juifs et surtout des intellectuels,…Le pervers se différencie du psychotique parce qu’il a encore un accrochage au réel, même faussé (le sexe féminin n’existe pas,…seul le phallus), mais la limite entre psychose et perversion est celle d’une feuille de papier,…donc très mince. Le pervers est fixé au stade sadique anal dans sont versant destructeur (ce que Grunberger appelait la: divided-line,…). C’est IAGO,…. (et dans certaines circonstances limites, comme par exemple les guerres, chacun de nous peut devenir un IAGO)

  20. Je comprend lorsque vous parlez de l’importance des rencontres.
    Il y a la rencontre, et aussi, qui sommes nous dans la rencontre, et dans notre histoire.

    Vous vous souvenez de cet arbre généalogique. Le mien ? « Raté » selon une psy TCC. Et c’est tout chère Madame ?
    Je la paie 75 euros par séance, pour m’entendre dire : vos exercices sont ratés.
    Ecrivez votre vie. ‘Tiens c’est raté !’
    Juste sur la forme…
    Elle m’a flouée.
    Porte claquée.

    Effectivement, il est fort probable qu’elle souhaite jouer à la plus maligne avec les injonctions paradoxales (systémie) auprès de ses patients, ce qui lui ne coûte pas cher en symboles et en investissement humain. (Moi aussi je peux le faire, pas besoin de faire d’études de psycho, ni sa thérapie perso).

    J’ai juste oublié de lui demander POURQUOI ?
    Pourriez vous justifier ou faire analyser votre jugement, et votre pratique chez un superviseur ?
    En miroir de ce que vous pratiquez VOUS auprès de vos patients ?

    Vous prenez vous pour Watzlawick ? Il a fait sa propre psychanalyse jungienne ! Et vous ?

    Il y a un auteur intéressant à lire, je pense.
    C’est Moussa Nabati.

    • Vous rappelez-vous du nom de la rue de « ce » psy qui fut une non rencontre. La rue qui me menait vers mon psychanalyste que je prenais trois par semaine s’appelait: Jacques Brel,…Je savais inconsciemment que c’était le bon,….

      • Oui, c’est un peintre, critique d’art,critique littéraire, romancier et poète.

        Un critique (!)du mouvement romantique.

        Que j’ai lu (un petit peu) en tant qu’auteur. Un pâle copiste (!)de ses contemporains, mais surtout porte parole.

        Je me souviens maintenant qu’à la fac.
        Je devais faire des exercices purement formels (!) de résumé de ses textes littéraires.
        « En tant de signes » (Très dur)

        Or, résumer une critique de mouvement littéraire, artistique, lorsque c’est un « poète » qui écrit, et qui écrit en tant qu’artiste au nom de son mouvement.
        Cela n’a pas trop de sens.

        On ne résume pas un poème « en tant de signes » !

      • Les noms de rues sont en train de changer. Tous ceux qui ont été liés de près ou de loin avec une forme ou autre d’esclavagisme emprise sur autrui,…) vont progressivement disparaître,…

      • Je vais être cynique. Mais si on voulait apprendre à développer un faux self.
        « Juste pour la forme ».
        On se rendrait chez elle.

  21. Je vais refaire mon arbre. Avec du sens à l’intérieur.
    Pas juste un exercice mécanique, de dressage behavioriste

    ,)

  22. 2011 : La Bible : Une parole moderne pour se construire et s’épanouir, Dervy, coll. « Chemins de l’harmonie », 250 pages. Moussa Nabati Faites votre gématrie (tapez votre nom). Mon nom (en 9) donne le chiffre étrange de 2466. J’ai fais des recherche sur internet et je suis tombée sur ceci. Il se fait que je suis née à Renaix (http://www.lenomdivin.info/mondialement/belgie/ronse.htm) renommé Ronse par les flamands et qu’en cherchant sur internet je suis tombée sur ceci: http://www.lamanicle.com/phenix-vice-versa/. LE CHOC. Mes amies sachant que je venais de renaix: toi tu es comme le PHENIX, tu renais toujours de tes ronces,…Vérifier: Mon nom est PLAHIERS Michèle cela donne bien en (9): 2466. ,…http://gematrie.online.fr/gematrie.htm

  23. Corrigé: 2011 : La Bible : Une parole moderne pour se construire et s’épanouir, Dervy, coll. « Chemins de l’harmonie », 250 pages. Moussa Nabati Faites votre gématrie (tapez votre nom). Mon nom (en 9) donne le chiffre étrange de 2466. J’ai fait des recherches sur internet et je suis tombée sur ceci. Il se fait que je suis née à Renaix-Ronse en Flamand (http://www.lenomdivin.info/mondialement/belgie/ronse.htm) http://www.lamanicle.com/phenix-vice-versa/. LE CHOC. Mes amies sachant que je venais de Renaix: toi tu es comme le PHENIX, tu renais toujours de tes ronces,…Vérifier: Mon nom est PLAHIERS Michèle cela donne bien en (9): 2466. ,…http://gematrie.online.fr/gematrie.htm. C’est à ce moement que j’ai commencé à m’intéresser à l’Arbre de vie des cabalistes dit arbre séphirotique (plus étrange encore: l’anagramme de mon nom de famille donne: lesaphir. En cherchant un peu nous sommes tous reliés par le même ancêtre. A mon avis: THOT

  24. Merci je vais lire. Tranquillement. Beaucoup d’info d’un coup.
    Merci pour la petite vidéo.

    Pour l’espace privé.Je clique sur le lien proposé.

  25. Pas facile ce concept de transcendantal.
    je crois comprendre….Comme ça.

    La liberté est la condition de la morale.
    L’ écoute attentive de nos émotions intérieures, est la condition première de la compréhension de l’autre.

  26. En méditation pure…
    Nous sommes.
    Un avec le bruit ambiant, un courant d’air… La vie.

    Il y a des émotions, des nuages qui passent
    Il y a des idées parasites, des raisonnements….intérieurs

    Et il faut se reconcentrer sur son souffle pour chasser les raisonnements (parasites), ou simplement les visualiser tels qu’ils sont… et revenir sur son souffle, le bruit ambiant.

    Après des années de pratiques, on ne peut qu’être ouvert aux idées de l’autre.
    Les accueillir
    Sans parasiter l’autre, avec nos idées préconçues. Ou nos jugement préconçus.

    Enfin, je crois.

    Bon, mais j’en suis pas là.
    C’est tous les jours, et des années de pratique !
    😉

  27. Paradoxe fermé.
    Cette psy totalement paradoxale croise les bras sur la photo de son cabinet.

    Et conditionnée aux paradoxes, je m’y suis rendue, comme un papillon attiré par une ampoule pour se griller les ailes. Auprès des paradoxes « thérapeutiques » et comportementaux.

    LOL

    Ouf. Thérapie brève. Je suis partie bien vite

  28. Le langage ésoterique, mystique, paranormal, je ne peux pas adhérer. Même si cela peut convenir à d’autres.

    J’ai été victime d’emprise, mais plus encore que d’emprise. De harcèlement.
    Le symbolique, oui.
    Les sectes je ne peux pas.

    C’est ma limite.

    • Julie, je n’ai jamais mis les pied dans une quelconque secte et le chemin que j’ai parcouru est en solitaire. Nombreuses lectures. Pas besoin que l’on me tienne la main. Je vais entamer la lecture d’un grand maître proche de Pythagore: Zénon et Aratos,…Ils étaient les’ancêtre des psychanalystes (je n’ai jamais lu Roudinesco, mais je pense qu’elle se garde bien de les citer,…).

  29. Je n’aime pas ouvrir un lien et tomber, par hasard ,et soudainement sur un site, avec de la pornographie, une secte, ou des 666 partout.

    Ce sont des effractions pour moi.
    Car je ne sais pas où on veut m’amener. Pourquoi moi je devrai les ouvrir sur invitation express ?

    Si vous souhaitez en parler. Il faut le dire ouvertement. Annoncer la couleur des liens en question.

    • Connaissez-vous l’expression: c’est sur le fumier que naissent les plus belles roses. A vous de trier. Mais méfiez-vous aussi des sites dont la présentation se veut « sérieuse », classique. Vous risqueriez de vous endormir comme devant une Pieta en Marbre dans une académie,…classique,..

  30. Bonjour, j’ai bien aimé ces videos de F. Chabaud. Psychanalyste.
    Ca parle du fameux mode binaire dans le cerveau (toxique) au mode ternaire (qui nous sauve).
    (666 : mode binaire !)

    Ca parle non seulement de pathologie individuelle, mais aussi sociale.
    De société, de politique, de religion, d’art…de dépassement, de réalisation de soi.
    De lien social.

    https://www.youtube.com/watch?v=eb1BT9bUEPE

    https://www.youtube.com/watch?v=Ujtuzu880YQ

    (Il s’adresse aussi dans d’autres vidéos, directement aux policitiens, en dénonçant la tromperie, et les postures perverses, mais sans tomber à son tour dans le binaire (c’est un piège), mais en restant toujours dans le ternaire !).

  31. LIEN social dans notre société. Au niveau professionnel et public.
    (Point de vue criminologie).
    Santé, Social, Justice.

    Santé, (ca va à peu près), le Social est grignoté par la perversion, la Justice est très noyautée, d’autant plus qu’elle fonctionne en mode binaire.

    ,)

  32. Dieu visite notre inconscient qui se projette dans les étoiles. Ce qui est en haut est en bas. Dieu se limite à envoyer des signes, pour ceux qui savent les lire comme le fit Jung. L’enseignement d’hermès Trismégiste est assez simple. Pas de bien sans mal ce qui nous sort de la logique binaire et nous permet d’accueillir chaque « cata »strophe de notre vie comme un cadeau du ciel. Non, ce n’est pas la bonne direction (cent fois sur le métier,…). Et tant pis pour ceux qui continuent dans la mauvaise voie. Ils ne doivent pas se plaindre après. Nous avons droit à une erreur,….jamais deux.

  33. Du moment que le soi-disant sauveteur ne vous demande pas d’argent,…J’ai pour principe d’écouter, même les cinglés. Parfois, ils disent des choses intéressantes,…En brocante, je me promène en zigzag, au Pif (le chien?…).

  34. Amusant, mon thème astral est feu et eau terre et manque d’air,…. J’écis sur le site de Nabum sepuis deux jours (un marinier). Je m’amuse à tirer un carte du tarot 72 et je tombe sur ELEMIAH, Dieu caché. Et voilà ce que je lis. Imaginez, les expressions de mon visage.Son programme, nous dit qu’il Elemiah, influence les Découvertes utiles. Si le Feu doit voyager sur la Mer, la découverte utile sera le bateau, car il permettra à chaque élément de ne pas entrer en contact directe avec l’autre (les psychanalyste parlent de pare-excitation). Si nous construisons intérieurement un bateau, la spiritualité aura la possiblité de voyager sans dommage sur l’élément liquide qui est son ennemi mortel, et cet élément lui permettra d’arriver à bon port. Comment construisons-nous ce bateau? avec des éléments matériel s (chiffre 2 et 4), bien entendu, moins lourds que l’eau. Mais ce qui est essen »ciel » sera l’idée qui permettra de les réunir, de les assembler, de leur donner forme: des voiles,…(je me suis souvent habillée dans un magasin qui s’appelait: du vent dans les voiles,…). C’est à dire que ce que ce qui permet de séparer l’eau et le feu est l’idée, c’est le pensée formée par l’élément air (la parole propre au signe des gémeaux,…). Le besoin absolu de séparer le Feu et j’eau fait naître l’idée;…la suite dans KABAKLEB Il y a bientôt 34 ans (chiffre divin), le 7 octobre 1983, décédait un passeur de génie, psychanalyste et forgeron (à Lourmarin): GUY FRIED (la paix) lingstein (la pierre de la paix.. Son livre est toujours mes caisses. Fainéante va,…

  35. Amusant, mon thème astral est feu et eau, terre et manque d’air,…. J’écris sur le site de Nabum depuis deux jours (un marinier). Je m’amuse à tirer un carte du tarot 72 et je tombe sur ELEMIAH, Dieu caché. Et voilà ce que je lis: imaginez, les expressions de mon visage….Son programme, nous dit qu’il Elemiah, influence les Découvertes utiles. Si le Feu doit voyager sur la Mer, la découverte utile sera le bateau, car il permettra à chaque élément de ne pas entrer en contact direct avec l’autre (les psychanalyste parlent de pare-excitation). Si nous construisons intérieurement un bateau, la spiritualité aura la possibilité de voyager sans dommage sur l’élément liquide qui est son ennemi mortel, et cet élément lui permettra d’arriver à bon port. Comment construisons-nous ce bateau? avec des éléments matériel s (chiffres 2 et 4), bien entendu, moins lourds que l’eau. Mais ce qui est essen »ciel » sera l’idée qui permettra de les réunir, de les assembler, de leur donner forme: des voiles,…(je me suis souvent habillée dans un magasin qui s’appelait: « du vent dans les voiles »,…). C’est à dire que ce que ce qui permet de séparer l’eau et le feu est l’idée, c’est la pensée formée par l’élément air (la parole propre au signe des gémeaux,…). Le besoin absolu de séparer le Feu et l’eau fait naître l’idée;…la suite dans KABAKLEB Il y a bientôt 34 ans (chiffre divin), le 7 octobre 1983, décédait un passeur de génie, psychanalyste et forgeron (à Lourmarin): GUY FRIED (la paix) lingstein (la pierre de la paix.. Son livre est toujours mes caisses. Fainéante va,…

  36. A la mort de G.F qui me disait toujours,:je déteste la proximité de la mer (e) et préférait de loin le climat sec provençal, j’ai acheté une bande dessinée d’un auteur belge (François Bourgeon). Je venais de perdre mon arbre, mais il me restait la solidité terrienne de ma mère (dont le nom de famille était justement: François,…). Cette B.D s’appelait :les Passagers du Vent. Je viens seulement après 34 ans de comprendre le sens profond de ce choix. J’avais fait mon mémoire sur la dyslexie et je viens de lire que F.B était dyslexique. Vous comprendrez le lien…le fils deFrançoise Nyssen s’est suicidé,….il était dyslexique. J’attends toujours: l’arbre d’Hubert Nyssen,…https://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois_Bourgeon

    • Mon basque en 1985, était lion ascendant gémeaux. Je sortais d’un deuil, lui aussi. Et son tourbillon de vie m’a beaucoup apporté. La psy introspective et sage s’est libérée. Cela me rappelle le film: »Joli coeur »,..avec Francis Perrin. Les psys diront que pour fuir une période de deuil difficile je suis passée par une phase maniaque: un vrai tourbillon de vie parisienne. Mais j’avoue avec le recul que ce fut un merveilleux souvenirs fait de moment magiques, ateliers de peintres, studios de cinéma,…Aujourd’hui, j’ai retrouvé mes marques et mes vieilles habitudes,..sans avoir perdu la magie. C’est mon amie Isabelle qui a pris le relais et me raconte ses fabuleuses rencontre de maîtresse de Shiatsu. laa salope. Elle a fait un Shiatsu a Philippe Jaroussky et un maquillage à un acteur, certes au charme « pervers: Jeremy IRON.(une vierge ascendant vierge (le soin aux autres, mais plutôt vierge « folle » que sage,…).

  37. Corrigé Mon basque en 1985, était lion ascendant gémeaux. Je sortais d’un deuil, lui aussi. Et son tourbillon de vie m’a beaucoup apporté. La psy introspective et sage s’est libérée. Cela me rappelle le film: »Joli coeur »,..avec Francis Perrin. Les psys diront que pour fuir une période de deuil difficile je suis passée par une phase maniaque: un vrai tourbillon de vie parisienne. Mais j’avoue avec le recul que ce fut un merveilleux souvenir fait de moments magiques, ateliers de peintres, studios de cinéma au moment de ma « montée » à Paris, Christos emballait le Pont Neuf, ,…Aujourd’hui, j’ai retrouvé mes marques et mes vieilles habitudes,..sans avoir perdu la magie. C’est mon amie Isabelle qui a pris le relais et me raconte ses fabuleuses rencontre de maîtresse de Shiatsu. laa salope. Elle a fait un Shiatsu a Philippe Jaroussky et un maquillage à un acteur, certes au charme « pervers: Jeremy IRON.(une vierge ascendant vierge (le soin aux autres, mais plutôt vierge « folle » que sage,

    • Le 31 octobre nous fêtons l’anniversaire de la mère d’Isabelle au « Fou Chantant. Attention, les 31 octobre il m’est souvent arrrivé des choses étranges, genre synchronicités… Le jour du fameux assassinat de la journaliste Véronique Piroton par son MP., je me trouvais sur le même autoroute vers la mer je ne vais que les cinq ou 6 ans à la mer du Nord..Nous avions un lien. L »écrivain Pierre Mertens, son ami de toujours., J’avais été amie avec la mère de son petit neveu (à Pierre Mertens). Sale affaire: une femme partagée entre un homme politique connu écolo et un « psy », un certain OSLWAD…. Digne d’un roman Hitchcockien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.